FamilleVivre ensemble 

Les enfants de parents malades mentaux

  • 05/01/10
  • Yves-Hiram Haesevoets
La situation des enfants de parents malades mentaux est à la fois très complexe et variée. Voici l’occasion de faire le point sur un sujet délicat et méconnu, voire tabou. Le cancer, la sclérose en plaques, les pathologies psychiatriques ou infectieuses sont autant de maladies qui peuvent avoir des répercussions indirectes importantes auprès des enfants des personnes malades.

Lorsqu’on envisage un problème pathologique chez un parent, il est rare de penser à la maladie mentale. On se réfère plus généralement à une affection chronique (une maladie physique, un cancer, une infection sévère ou un accident somatique), qu’à une affection psychiatrique, considérée encore aujourd’hui comme un tabou dans une société qui prône la normalité, la soumission à la règle et le conformisme. 

 

Néanmoins, l’impact d’une maladie mentale d’un parent sur son enfant est d’autant plus considérable qu’elle n’est pas toujours diagnostiquée avec rigueur. Des intervenants et des associations s’en inquiètent et tentent d’apporter leur soutien à des enfants qui en ont concrètement besoin. Pourtant, peu d’écrits et d’études scientifiques existent à ce propos. 

 

Très singulière, la destinée des enfants de parents malades mentaux (surtout psychotiques) connaît des développements très divers. Ainsi, le père fondateur de la « psychologie analytique », Carl Gustav Jung (1875-1961) a lui-même souffert d’une enfance difficile auprès d’une mère folle qui se disputait avec son père tout en faisant tourner les tables. Sujet à des syncopes, il était hanté par la vision qu’il avait eue en rêve d’un Dieu déversant ses excréments sur le sommet d’une cathédrale. Il dit un jour à Freud qu’ayant été victime enfant d’une agression sexuelle – un prête sans doute – il en avait conçu un dégoût des amitiés masculines. Sans renoncer ni au spiritisme ni à l’occultisme, Jung exerça à la clinique du Burghölzli de Zurich, sous la houlette d’Eugen Bleuler, inventeur des notions de schizophrénie et d’autisme. Dauphin de Freud de 1906 à 1913, il fut alors l’artisan d’une ouverture de la psychanalyse à la clinique de la folie, terre promise rêvée par Freud.

 

Dans une famille chaotique, perturbée ou enchevêtrée, les transactions psychopathologiques « contaminent » le développement et le fonctionnement psychiques de l’enfant. Au plan clinique, la notion de « délire à deux » est souvent décrite dans la littérature psychiatrique pour comprendre les mécanismes sous-jacents aux transactions intrafamiliales d’allure psychotique. Dans l’histoire de la psychiatrie, les premiers aliénistes français envisagent « la folie à deux » (personnages) comme la résultante d’une « aliénation familiale », d’un « mythe » ou d’un « délire familial ». Transposé par les systémiciens, ce concept nous permet aujourd’hui de mieux appréhender une certaine réalité du vécu de ces enfants et des transactions particulières qu’ils subissent.

 

Lorsqu’un enfant mineur doit faire face à la maladie d’un parent, les rôles s’inversent ou se transforment. Vivre avec un parent malade mental (ou des parents malades mentaux) est loin d’être une sinécure pour l’enfant. De manière souvent précoce, ce dernier s’interroge sur le normal et le pathologique. C’est souvent avec beaucoup d’anxiété (et donc de manière très problématique) que l’enfant s’identifie à son parent malade et essaye de le comprendre. Aux côtés d’un parent psychotique qui souffre de crises paranoïaques ou de dépression grave, certains enfants vivent un véritable enfer ou subissent des mauvais traitements physiques et/ou psychologiques. D’autres remplissent un véritable rôle thérapeutique ou contra-phobique, jusqu’à diminuer les angoisses qui envahissent le psychisme de leur parent. Autrement dit, ils prennent sur eux. Quelques-uns se "parentifient" et deviennent le relais social avec l’extérieur. Selon les vicissitudes de l’existence et la nature des transactions intrafamiliales, des enfants décompensent et « portent » à leur tour la maladie de leur parent. Dans certains contextes plus psychopathologiques où les transactions intrafamiliales sont très perturbées, voire chaotiques, perverses et/ou délirantes, l’enfant peut devenir « patient désigné » et/ou « malade » par procuration. 

 

L’enfant ne participe pas toujours aux délires de persécution ou aux « bizarreries » de son parent malade. Il peut être vecteur de réalité pour un parent qui justement ne trouve plus ses repères et se sent coupé du réel. Dans de nombreuses situations et presqu’à l’insu de son plein gré, le « protégé » devient aussi « protecteur », « thérapeute » ou « aidant ». L’enfant ou l’adolescent doit alors prendre des responsabilités qui ne sont pas de son âge, dans un contexte psychologique particulier. 

 

Combien d’enfants doivent endosser des responsabilités matérielles et psychologiques importantes du fait de la maladie d’un proche ? Cette question, largement débattue dans les pays anglo-saxons, ne semble pas avoir fait l’objet d’études approfondies en Belgique ou en France. Nul doute pourtant que l’augmentation du nombre de familles monoparentales et la réduction des durées d’hospitalisations (même psychiatriques) accentuent encore ce phénomène. Les dispositifs d’aide sont insuffisamment développés ou n’existent pas.

 

Si les bonnes volontés ne manquent pas, ni les réseaux d’aide aux familles, aucun organisme ne fédère ni ne renseigne sur les initiatives capables d’aider les enfants chargés de responsabilités de soutien de leur proche. Les associations sont plus tournées vers l’aide aux parents d’un enfant malade, que vers les enfants d’un parent malade. Quelques initiatives existent. En Belgique, certains Centres de santé mentale ont tenté de créer des groupes de parole pour enfants de parent malade mental, mais les pouvoirs publics n’ont pas suivi l’idée.

 

De la psychose maniaco-dépressive à la névrose d’angoisse, en passant par les troubles de la personnalité, les phobies, les troubles obsessionnels, les bouffées délirantes, les attaques de paniques, les crises paranoïaques, les états limites, les flambées de violence,… les affections mentales sont très variées. On ne connaît pas toujours l’évolution d’une maladie mentale, ni son issue. Malgré les progrès considérables de la psychiatrie, de la pharmacologie et des neurosciences, ces pathologies du psychisme ne sont jamais faciles à diagnostiquer ou à traiter. Parfois sujette à controverse, la nomenclature des maladies mentales est de plus en plus complexe. Pour certains, il existe autant de maladies mentales que de malades mentaux. 

 

Indépendamment de la pénibilité de leur existence, ces enfants ont besoin de réponses et de soutien thérapeutique, non seulement pour comprendre, mais également pour survivre psychiquement.

 

Confrontés de manière quotidienne à la maladie mentale de leur parent, ces enfants ne mènent pas une existence ordinaire à laquelle ils aspirent pourtant. Ils affrontent aussi le regard des autres. En grandissant avec la maladie de l’autre, ils finissent toujours par se questionner. Qui est normal? Qui est pathologique? Qu’est-ce qu’une maladie mentale ? Et comment s’en accommoder ? Est-ce transmissible ?  Suis-je aussi mentalement perturbé ? Suis-je fou à la place de l’autre ? Quelles sont les conséquences de la maladie sur mon vécu ? Comment soigner la souffrance psychique ?

 

Autant de questions auxquelles nous allons essayer de répondre suivant différents axes, afin notamment de mieux comprendre ce que vivent ces enfants. Premièrement, il importe de définir ce que nous entendons par le « normal » et le « pathologique », le sens du symptôme en psychopathologie, la manière dont une personnalité se structure au plan psychique et les fondements de la « maladie mentale » (névrose, psychose et état limite). Deuxièmement, nous tenterons de mieux cerner les conséquences de la maladie mentale sur le vécu de l’enfant, la manière dont il développe certaines « compétences » et évolue avec la maladie de leur(s) parent(s). Troisièmement, nous aborderons différents phénomènes concernant les transactions psychopathologiques que subissent ces enfants : la notion de « délire à deux », comme fondement de l’aliénation familiale, les concepts d’enfant-symptôme et de « patient désigné », les perturbations sur le mode de fonctionnement du système familial, le « double-lien », les troubles de la communication, le déséquilibre systémique et l’inversion des rôles, les efforts pour rendre l’autre fou, la maladie mentale comme facteur prédictif de maltraitance et enfin, les troubles d’attachement chez la mère psychotique. Quatrièmement, nous essayerons de comprendre comment les enfants survivent à la maladie mentale d’un proche, de quelle manière ils appréhendent la souffrance psychique et quelles sont les indications en matière de soutien thérapeutique.

 

Découvrez la suite de ce dossier !

Pour en savoir plus...
Parents, lâchez-prise, c’est les vacances !
  • 11/07/14
  • Carole Bloch
Parents, lâchez-prise, c’est les vacances ! Nous voilà enfin début Juillet. Le stress des examens est terminé, de toute façon les résultats sont tombés. Soit, c’est cool, votre enfant a bien réussi, vous êtes rassurés, soulagés, contents, fiers, et allez passer de bonnes vacances.


Pourquoi les hommes sont-ils accrocs au foot ?
  • 01/04/14
  • Dimitri Haikin
Allez, plus que 7 fois dormir avant le début de la Coupe du Monde ! Enfin ! Depuis le temps qu'on en parle ! Que ce fut long : les qualifications et ensuite l'attente de la liste des 23 sélectionnés. Heureusement, ces derniers mois, les figurines Panini à l’odeur incomparable nous auront permises de supporter cette insupportable attente !


Les fêtes, à la recherche du sens perdu...
  • 02/12/13
  • Carole Bloch
Les fêtes, à la recherche du sens perdu… Alors que cette période rime pour certains avec plaisir, joie, bonheur, fête, cadeaux, famille, repas....elle peut aussi rimer avec tristesse, angoisse, peur, solitude, stress pour d’autres.


J’ai envie d’aborder cette rentrée avec sérénité et bonne humeur, mais je ne sais pas trop comment faire !
  • 30/08/13
  • Carole Bloch
Ca y’est c’est déjà presque la fin les vacances… On range les pelles, les seaux, les maillots de bain… Fini les journées sans horaires, ou l’on se couche sans regarder l’heure, les apéros, les dodos chez les uns et les autres….


Un départ en vacances dans la joie et la bonne humeur
  • 28/06/13
  • Dimitri Haikin
Un départ en vacances dans la joie et la bonne humeur. C'est l'été ! Le temps des vacances approche à grands pas. Alors comment préparer au mieux un départ dans la joie et dans la bonne humeur avec ses enfants même en bas âge ? Profitez en bien ! Et déjà bonnes vacances sans stress.


Lettre d'information
Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire.
Les annuaires
L'interview du Moi
François l'Embrouille nous fait rire depuis plusieurs années. Il ose tout et pourrait animer des stages d'affirmation de soi ! Sauf que derrière l'artiste comique se cache une grande sensibilité et une petite pointe de timidité. De la Débrouille à l'Embrouille l'interview vérité.

Lire la suite de l'interview
Les tests: Atout Métier
Le test d'orientation Atout Métier vous permet de faire le point sur votre projet professionnel, que vous soyez ou non en poste. Il compare votre profil à plus de 900 métiers dans de multiples secteurs !
Voir tous les tests