FamilleEnfants 

Les maltraitances psychologiques à l'égard des enfants

  • 11/04/10
  • Yves-Hiram Haesevoets
Aujourd'hui, la maltraitance psychologique (« emotional abuse ») est encore trop sous-estimée, voire ignorée, y compris par les intervenants qui prennent en charge les problèmes relatifs aux enfants et à la famille, et ceux qui se préoccupent des droits fondamentaux des enfants. En relation avec leurs formations et leur sensibilité, ces professionnels ne reçoivent pas toujours une information spécifique et consistante sur cette problématique et la considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d'abus.

Introduction
Ajoutons que la plupart des personnes ayant été victimes de maltraitance psychologique et n'ayant vécu aucune sorte de sévices physiques ou sexuels éprouvent des difficultés à reconnaître que leurs droits humains ont été bafoués, et qu'après coup elles souffrent en conséquence. Malgré leur souffrance, elles manquent de confiance en elles et se culpabilisent d'avoir été l'objet d'abus émotionnels. Notons qu'au regard de la généralisation médiatique, voire de la banalisation, de la violence et des formes de plus en plus extrêmes qu'elle recouvre dans nos sociétés dites évoluées, la maltraitance psychologique pourrait apparaître comme dérisoire ou secondaire. Et pourtant, combien de dépressions, de suicides, de toxicomanies, d'aliénations mentales, de phobies, de troubles relationnels, de perturbations personnelles et de psychoses sont implicitement ou directement les conséquences de ces violations émotionnelles et de ces injustices. Certains abus émotionnels tels que le harcèlement moral sur le lieu de travail ou des humiliations répétées durant l'enfance détruisent des vies et anéantissent des personnes autant que les abus physiques et sexuels. L'impact à moyen et à long terme des maltraitances psychologiques sur les enfants semble mieux identifié par les cliniciens et les thérapeutes. Cependant, si nous comprenons la destructivité des abus émotionnels, il importe d'en maîtriser les effets par des moyens d'évaluation précoce, de prévention et de traitement efficaces et adaptés.

Aux Etats-Unis, seulement 4% de toutes les situations de maltraitance envers les enfants sont rapportées comme des abus émotionnels (Roméo, 2000). Alors que les abus physiques et sexuels sont reconnus par les systèmes médico-légaux et judiciaires, il semble plus difficile d'identifier et d'objectiver de manière aussi spécifique les maltraitances psychologiques et leurs conséquences sur les enfants. Il faut le déplorer, d'autant que tous les cas d'abus physiques ou sexuels comportent une composante émotionnelle connexe dont l'impact persiste au-delà des blessures physiques objectives et à long terme (Hamarman et Ludwig, 2000). En outre, les enfants peuvent souffrir sur le plan émotionnel en l'absence d'agression physique ou sexuelle. La maltraitance psychologique perturbe les processus d'attachement et le développement affectif dès le plus jeune âge (Pearl, 1994). La violence psychologique peut aussi empêcher les enfants de développer des réponses émotionnelles appropriées et engendrer des difficultés émotionnelles au cours de leur existence (Kent et Waller, 1998).

Les quelques difficultés à mieux reconnaître les signes spécifiques de la maltraitance psychologique sont surtout liées au manque de consensus au niveau des définitions et des recommandations cliniques. Ainsi par exemple, alors que le manuel du DSM-IV propose des critères diagnostiques sur les problèmes relationnels parents-enfants (V61.20), la maltraitance physique (V61.21), l'abus sexuel (V61.21) et la négligence envers les enfants (V61.21), il n'existe aucun diagnostic concernant les composantes émotionnelles de la maltraitance (American Psychiatric Association, 1994). Dans le même ordre d'idée, ni la très sérieuse American Psychiatry Association, ni l'American Academy of Child and Adolescent Psychiatry n'ont proposé dans leurs publications des paramètres significatifs de la maltraitance psychologique à l'égard des enfants. Influencée par les paradigmes systémiques, la psychologie clinique s'interroge plutôt sur les concepts d'environnement familial aliénant, de relations toxiques ou d'emprise, de transactions émotionnelles perturbées ou chaotiques et de troubles émotionnels de la parentalité.

Dès lors qu'un même problème est considéré comme une mauvaise conduite parentale par certains et comme un abus par d'autres, l'intangible nature du traumatisme émotionnel esquive l'expertise médico-légale et les interventions médicopsychosociales et/ou judiciaires (Hamarman, 2000). Au niveau de la protection de l'enfance, les directives officielles dans ce champ sont peu établies, laissant la place aux interprétations individuelles. Aux Etats-Unis, lorsqu'elles existent, les définitions varient d'un état à l'autre. Le programme de prévention et de traitement de l'enfance maltraitée (Act 42) propose une vague définition des mauvais traitements psychologiques concernant des manquements dans les attitudes de soins ou des incidents extrêmes touchant des enfants non désirés, mal aimés, rejetés, en danger et dont les besoins ne sont pas respectés. Dans certains états (Missouri par exemple), la maltraitance psychologique est définie de manière plus distincte et la prise en charge est plus spécifique. Selon les situations rencontrées et la gravité de la maltraitance, une investigation judiciaire formelle est demandée par les services sociaux de protection de l'enfance et/ou une intervention sociale auprès de la famille est mise en place .

Définir les différents types de maltraitance psychologique afin d'en retirer une nosographie diagnostique ne suffit pas, encore faut-il appréhender les caractéristiques des agresseurs et la nature des transactions humaines qui sous-tendent ce type d'attitudes abusives.

Les mots empoisonnés ou désaffectisés, le manque d'amour, le rejet, les pressions émotionnelles, le harcèlement moral, l'exploitation psychique, l'humiliation, la cruauté mentale, les exigences démesurées, l'ambivalence des sentiments, les punitions excessives, etc. représentent autant de transactions ou d'attitudes spécifiques de la maltraitance psychologique, significatives de troubles relationnels plus ou moins pathologiques.

Forme particulièrement aliénante et insidieuse de mauvais traitement, la maltraitance psychologique apparaît dans toutes les formes de sévices infligés aux enfants et dans tous types de milieux socioculturels (familles, institutions, sectes, groupes humains, écoles, etc.). Très tortueuse, nébuleuse et parfois sophistiquée jusqu'à l'aliénation mentale, elle connaît des développements psychopathologiques désastreux pour les jeunes victimes. Elle sous-tend des relations où l'enfant est pris en otage et chosifié comme un objet au service de celui qui l'utilise pour compenser des frustrations, des complexes ou des traumatismes infantiles refoulés. L'enfant devient ainsi lieu de projection de sentiments d'hostilité, de rancoeur et de divers ressentiments dont il ne saisit pas le sens. Il se perçoit comme mauvais et coupable de ne pas être aimé. Il assimile rapidement cet état de fait et ne survit qu'au prix d'un sacrifice émotionnel important et destructeur.

Aujourd'hui, bien qu'il existe peu de publications sur ce thème, la maltraitance psychologique fait l'objet de quelques études principalement anglo-saxonnes (Garbarino, 1986; Pearl, 1994; Hamarman et Ludwig, 2000). Ces spécialistes évoquent le concept d'un « emotional abuse in children » afin d'établir une distinction conceptuelle et diagnostique entre négligences graves, carences, manquements éducatifs et sévices d'ordre psychologique. C'est donc tout en nuance qu'il faut établir les critères qui définissent la maltraitance psychologique.

Définitions
A la différence de la maltraitance physique ou l'agression sexuelle, les sévices psychologiques envers les enfants sont plus difficiles à cerner et à définir. La maltraitance psychologique recouvre différents concepts. Elle comprend diverses formes d'injustice psychologiques et affectives infligées aux enfants. Elle coïncide avec diverses attitudes délibérées des adultes (des parents ou des éducateurs) qui entravent le développement psychoaffectif, intellectuel et relationnel de l'enfant.

La maltraitance psychologique ou émotionnelle peut se définir comme toute attitude intentionnelle durablement hostile ou rejetante envers un enfant. En l'absence de lésions ou de séquelles objectives, cette forme spécifique de maltraitance est plus difficile à diagnostiquer. Les troubles présentés par l'enfant ne sont pas toujours cliniquement significatifs et se retrouvent dans d'autres tableaux psychopathologiques. L'inhibition psychoaffective, l'anxiété dépressive, l'idéation suicidaire, les sentiments d'infériorité, les problèmes de comportements, l'agressivité et les retards pédagogiques inexpliqués sont autant de troubles interférant avec la structuration de la personnalité, l'individuation et la socialisation de l'enfant.

Pour être efficace, une définition doit être rendue opérationnelle et au service d'une élaboration diagnostique rigoureuse et d'une intervention adaptée. Certains chercheurs ont ainsi établi une hiérarchisation des différentes catégories de maltraitance psychologique. Servant de point d'appui référentiel au diagnostic et d'instrument d'évaluation, les définitions opérationnelles suivantes sont proposées par Garbarino et al. (1986) et amendées par Pearl (1994) :

Rejeter. L'adulte refuse d'accorder de l'importance, de la valeur et de l'attention à l'enfant et ne lui reconnaît aucune légitimité à travers ses besoins et ses désirs. Ces attitudes rejetantes incluent l'absence de démonstration d'affection ou de considération pour la personne de l'enfant considéré comme un échec ou un défaut, et le refus de le reconnaître pour lui-même comme un être en devenir.

Isoler. L'adulte coupe l'enfant de l'extérieur, l'empêche d'avoir des expériences sociales, de nouer des relations d'amitié avec ses pairs et lui fait croire qu'il est seul au monde. Ces attitudes d'isolation comprennent aussi des interdictions de contacts sociaux avec des camarades, de participer aux activités normales de la famille et l'enfermement à clef de l'enfant dans sa chambre, une pièce, un grenier ou une cave.

Terroriser. L'adulte agresse l'enfant verbalement, entretient un climat de terreur autour de lui, l'intimide ou lui fait peur. Tout en nourrissant les angoisses de l'enfant, il lui fait croire que le monde est dangereux et hostile. Les attitudes de terrorisme incluent aussi les menaces au moyen d'armes, de couteaux ou de fouets. L'enfant peut être le témoin de terrorisme domestique (disputes conjugales par exemple) et en souffrir indirectement, mais dans notre modèle de maltraitance émotionnelle, les actes terroristes visent directement la personne de l'enfant. L'enfant peut aussi être l'enjeu de violences domestiques dont il est témoin privilégié, voire le déclencheur. Il est entendu que le fait d'être directement victime d'actes terroristes engendre chez l'enfant autant de détresse émotionnelle, de perturbations psychologiques et influence autant son développement psychoaffectif, que lorsqu'il est témoin d'un meurtre, d'une catastrophe ou de tout autre événement traumatique. Mais suivant nos définitions, ces événements traumatiques externes ne peuvent être considérés comme de la maltraitance psychologique au sens premier, même s'ils affectent en profondeur la structure de la personnalité de l'enfant. Cette distinction doit également être opérante notamment dans les situations juridiques de dispute parentale autour de l'exercice du droit de garde où l'enfant est pris en otage et subit des pressions psychologiques importantes ou du chantage affectif.

Ignorer. L'adulte prive l'enfant de toutes stimulations et de toutes réponses essentielles et nécessaires à son épanouissement émotionnel et à son développement intellectuel. L'adulte évite d'assumer ses responsabilités envers l'enfant et le prive de références fondamentales à son développement personnel. En ignorant ses besoins fondamentaux de stimulation et de reconnaissance, l'adulte empêche l'enfant de s'affirmer et de s'individuer. Ces attitudes intentionnelles incluent l'ignorance du nom de l'enfant, l'absence d'affection et l'indifférence flagrante.

Corrompre. L'adulte empêche l'enfant de devenir sociable, l'entraîne à des comportements antisociaux et destructeurs, renforce des attitudes déviantes et le confronte à des expériences marginales inadéquates. Ces attitudes corrompues et malhonnêtes encouragent l'enfant à commettre des actes délictueux et le conditionnent à acquérir des conduites antisociales. La corruption psychologique de l'enfant peut inclure l'apprentissage de conduites sexuelles déviantes, l'exploitation des autres, les trafics, toutes les activités hors la loi. La psychopathie de l'adulte déteint rapidement sur l'enfant. Il en perd ses repères sociaux et ne respecte plus les limites. Les valeurs sont inversées. Le mal est bien et le bien devient mal.

Agresser verbalement. L'adulte blesse l'enfant constamment en l'insultant, se montre d'une extrême sévérité, en le traitant avec toutes sortes de sobriquets ou surnoms dégradants et humiliants, en lui tenant des propos sarcastiques, en le rabaissant et en agressant son amour-propre. Les attitudes d'agression verbale contiennent des propos intentionnels précis visant l'intégrité de la personne de l'enfant, son apparence physique et dénigrant son existence. L'adulte répète à l'enfant qu'il ne vaut rien, qu'il est mauvais, qu'il sent mauvais, qu'il est laid, ridicule, petit, bon à rien et repoussant, etc.

Opprimer. L'adulte impose à l'enfant des prérogatives exigeantes et démesurées. Il fait pression sur l'enfant pour qu'il réussisse mieux et plus rapidement que les autres au niveau de ses études, ou qu'il devienne le meilleur sportif de sa classe, qu'il soit parfait, le plus beau, le plus fort et le plus intelligent. L'oppression continue laisse croire à l'enfant qu'il n'est jamais à la hauteur et qu'il peut toujours mieux faire. La mise sous pression permanente de l'enfant comprend des attentes excessives, précoces et incompatibles avec son âge et son niveau de développement. Ces attitudes oppressives s'accompagnent de punitions exagérées et injustifiées, de remarques et critiques insupportables, et surtout de comparaisons désobligeantes avec ceux qui sont plus performants ou plus doués que lui.

Intentionnalité et nuisibilité de la maltraitance psychologique
L'évaluation de la maltraitance psychologique prend en considération le degré de sévérité des attitudes constatées. Il existe une gradation dans la sévérité des attitudes maltraitantes ou coercitives. Cette sévérité repose principalement sur une combinaison graduée d'intentionnalité et de nuisibilité (Hamarman, 2000). D'un point de vue criminologique, une action commise avec l'intention de nuire à une personne et dont les conséquences sont désastreuses correspond à une agression émotionnelle sévère. Par contre, une attitude coercitive non intentionnelle avec une légère probabilité de vouloir faire du mal à une personne est considérée comme ayant un degré faible de sévérité. Les situations qui se situent entre l'intention de faire du mal et une faible probabilité d'atteindre gravement la personne sont considérées comme de gravité modérée. Autant certains cas d'abus émotionnels sont commis sans intentionnalité explicite, autant ceux pratiqués avec l'intention de nuire peuvent être considérés comme plus graves.

L'évaluation doit néanmoins rechercher des attitudes récurrentes qui démontrent que l'abus à été commis avec malice ou intentionnalité contre l'enfant. Une attitude maltraitante même ponctuelle doit être située dans son contexte. L'intentionnalité et la volonté de nuire sont évaluées comme une dynamique relationnelle particulière. Outre l'évaluation de la sévérité de la maltraitance psychologique, les conséquences pour l'enfant, la personnalité des parents et la dynamique familiale doivent aussi faire l'objet d'une analyse circonspecte et rigoureuse. La qualification d'une action maltraitante selon son degré de gravité n'est donc pas une opération facile et relève autant de la responsabilité des experts de la santé mentale que des professionnels de la protection de l'enfance. Suivant notre schéma d'évaluation et d'intervention, les cas d'abus les moins sévères sont orientés vers une guidance de type thérapeutique et/ou éducatif, et les situations les plus graves requièrent plutôt une action judiciaire et/ou médico-légale.

Evaluation du degré de sévérité des abus émotionnels

Dans une situation de suspicion de maltraitance psychologique, l'intervenant doit se préoccuper de relever des indicateurs pertinents d'agression émotionnelle et faire une choix diagnostique rigoureux.

Absence d'agression émotionnelle

Il n'existe pas d'éléments vérifiant la maltraitance psychologique et prouvant une quelconque agression émotionnelle envers l'enfant. L'évaluation n'est pas aisée d'autant que certaines attitudes éducatives parentales peuvent se prêter à quelques spéculations. Certaines punitions, interdictions ou privations peuvent apparaître comme sévères et ressembler à des conduites abusives. Une observation vigilante et continue de l'ensemble des interactions entre les parents et l'enfant permet de clarifier la situation (Brassard et al., 1993). Le relevé de facteurs de risque dans les antécédents et l'évaluation de l'ambiance familiale peuvent servir de critères déterminant concernant les transactions abusives suspectées.

Abus émotionnel de faible gravité

L'abus émotionnel de faible gravité correspond à un problème de parentalité plutôt qu'à des attitudes volontairement coercitives impliquant des atteintes émotionnelles chez l'enfant. Le risque de danger pour l'enfant est dérisoire. S'il n'y a pas lieu de faire un signalement aux autorités judiciaires, une consultation thérapeutique s'avère nécessaire pour mise au point. Dans ces situations, il s'agit souvent de pressions éducatives liées à la scolarité et exercées par des parents bienveillants qui ne cherchent pas à nuire à l'enfant et qui sont en demande de soutien dans l'exercice, parfois difficile, de la parentalité. Les attitudes parentales et les non réponses de l'enfant révèlent souvent des problèmes de communication interne. Quelques séances de thérapie familiale suffisent à guider les conduites éducatives, à restaurer un meilleur climat et une meilleure entente entre les membres de la famille. Les exemples les plus fréquents sont rapportés par les élèves qui ont des parents enseignants. Ils souffrent des intransigeances, voire de l'agressivité, de parents qui confondent leur rôle familial avec leur statut professionnel. Certains enfants passent des heures entières enfermés dans leur chambre à étudier et à faire des devoirs jusqu'à être privé de loisirs et de contacts avec leurs pairs. Les pressions éducatives sur l'enfant sont parfois influencées par un contexte socioculturel particulier : famille intégriste, milieu sectaire, Témoins de Jéhovah, famille militaire, parents psychologues, etc.

Abus émotionnel de gravité modérée

L'abus émotionnel de gravité modérée est caractérisé par l'intention de nuire ou de blesser affectivement l'enfant sans le vouloir, sans toutefois relier les deux attitudes. Parce que ces actions abusives ne sont pas bénignes et clairement dommageables pour l'enfant, elles doivent faire l'objet d'une information judiciaire préventive. L'intervention des services de protection judiciaire de l'enfance peut servir de soutien à une mesure de guidance éducative et thérapeutique. L'exemple le plus courant se retrouve dans les situations de séparation parentale où la mère dénigrant le père de manière systématique en présence de l'enfant. Ce dernier développe des troubles relationnels spécifiques en relation avec certains adultes et font suspecter l'entourage maternel qu'il est probablement l'objet de sévices (sexuels) de la part de son père.

Abus émotionnel sévère

L'abus émotionnel sévère est caractérisé par des actions qui infligent intentionnellement à l'enfant des blessures émotionnelles. Bien que l'adulte soit informé que ces actions peuvent engendrer de la détresse psychique chez l'enfant, il persiste dans ses attitudes. L'adulte n'est pas capable d'en prendre conscience bien souvent parce qu'il souffre lui-même de perturbations plus ou moins psychopathologiques. Il est dès lors incapable de contrôler ses conduites abusives envers l'enfant. Dans ce cas, l'intentionnalité, voire la responsabilité, des actions sont moins clairement établies étant donné l'état psychique de l'adulte. Néanmoins, la souffrance émotionnelle de l'enfant est proportionnelle aux attitudes psychiquement abusives et destructrices. Les antécédents psychiatriques des parents, les perturbations familiales répétées, les traumatismes personnels des parents et l'instabilité de l'histoire de l'enfant sont des indicateurs importants pouvant clarifier la situation. Certaines familles paranoïaques à transactions psychotiques fonctionnent parfois sur ce modèle d'abus émotionnel systématique. Le psychisme pathologique d'un parent peut enfermer l'enfant dans un fonctionnement psychogène qui va grever son développement. La dangerosité de cette situation particulièrement aliénante, exige l'intervention du système judiciaire. A défaut d'une intervention thérapeutique et sociale efficace auprès de la famille, l'éloignement de l'enfant de son milieu avec maintenance des contacts familiaux peut être envisagée. L'enfant nécessite souvent une intervention thérapeutique individuelle. C'est l'exemple de la petite fille souffrant du rejet de sa mère dépressive qui ne l'a pas désirée et qui lui reproche de lui avoir gâché l'existence; l'enfant montre peu ses affects et n'entretient guère de contacts avec les autres; mais lors d'un jeu, elle explique après avoir tué sa poupée que tout irait mieux si elle n'était pas née.

Les conséquences sur l'enfant

Bien que plus sophistiquées, les conséquences de la maltraitance psychologique sont analogues à celles observées dans les autres types de maltraitance. Face à de tels sévices, l'enfant en ressort rarement indemne. L'impact dépend toutefois de l'intensité du traumatisme vécu, des réactions de l'entourage social et des ressources personnelles de l'enfant. Dans les cas de crise grave, l'enfant peut développer toute une série de plaintes somatiques : insomnie, céphalées, nausées, douleurs abdominales, etc. Dans les situations chroniques, des troubles psychopathologiques apparaissent : anxiété dépressive, phobies, rites obsessionnels, cauchemars, peurs, repli sur soi, etc. Cette symptomatologie est alors significative des attitudes néfastes des parents et du dysfonctionnement des transactions familiales. D'un point de vue systémique, l'enfant est le vecteur de la pathologie familiale dont il est l'enjeu. Avec des sentiments de résignation masochiste ou par habitude, l'enfant occupe une place de patient désigné ou joue le rôle de bous émissaire. Son stress émotionnel est important mais il va tenter de camoufler la réalité de son vécu.

Lorsque la situation est dévoilée, il a peur des réactions de ses parents et adopte des attitudes de soumission et de fuite. Il va tenter de protéger ses parents et convaincre ses interlocuteurs qu'il est seul responsable de ces problèmes. Malgré sa souffrance, il demande parfois à réintégrer rapidement son domicile.

Pour en savoir plus...
La souffrance des enfants boucs émissaires
  • 04/04/14
  • Dimitri Haikin
Un enfant sur cinq vivrait du harcèlement à l'école primaire et maternelle. Quand un enfant devient le souffre douleur dans sa classe, souvent il aura tendance à se replier sur lui et garder sa souffrance pour lui. Honte, peur, tabou sont autant de sentiments qui peuvent mener jusqu'à la dépression chez l'enfant. Vidéo de la chronique psy dans l'émission "Au quotidien" sur la RTBF. <...
Du vague à l'âme à la désespérance de vivre
  • 02/04/14
  • Yves-Hiram Haesevoets
Du vague à l'âme à la désespérance de vivre Comme dans la plupart des autres pays industrialisés, le suicide représente en France la deuxième cause de mortalité chez les sujets masculins de 15 à 25 ans et la troisième cause de décès chez les sujets féminins de cette même tranche d'âge, juste après les accidents de la route et les affections cancéreuses. Dans cette tranche d'âge, environ 150...
Eduquer dans la sérénité, c’est possible !
  • 12/03/14
  • Carole Bloch
Eduquer dans la sérénité, c’est possible ! Une jeune femme est venue me voir récemment. Elle venait d'avoir son premier enfant et se sentait complètement perdue, incompétente, seule. De nombreuses peurs l'envahissaient. Allait-elle être capable de s'occuper de ce petit être si fragile, allait-elle avoir assez de patience, était-elle suffisamment maternelle?


Mon enfant a volé… Comment réagir ?
  • 26/02/14
  • Dimitri Haikin
Mon enfant a volé… Comment réagir ? Il est très fréquent qu’un jour, entre 5 et 8 ans, un enfant vole un objet dans un magasin ou à un camarade de classe à l’école. Une bonne gestion de ce genre d’évènement est indispensable pour permettre à l’enfant d’y apprendre quelque chose d’essentiel pour sa vie mais aussi pour éviter de créer des traumatismes inutiles. Vidéo de la chronique Ps...
Le Syndrome de l’Enfant Trop Sage
  • 05/02/14
  • Anne-Françoise Meulemans
Le Syndrome de l’Enfant Trop Sage. Elle est brillante ou pas, mais tellement gentille madame, si sage ! Ah si tous les enfants pouvaient être comme elle. Elle ne nous pose aucun problème. Elle est serviable, attentive aux autres. Avec elle, pas besoin de répéter, elle est si obéissante. Peut-être un peu timide. Baaah, cela passera avec l’âge.


Lettre d'information
Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire.
Les annuaires
Les tests: Profil Manager
Avec le test de Management, apprenez à connaître vos forces et vos limites en tant que cadre ou dirigeant(e). Découvrez votre profil de leadership et perfectionnez-vous !
Voir tous les tests