Je souhaite...

Conseils de psy

Counseling philosophique

/ Par Boris Libois / Etre ado

Counseling philosophique

J’ai rencontré deux philosophes en chair et en os : Jean-Marc Ferry, mon directeur de these de doctorat, et Karl-Otto Apel, lors d’un séminaire scientifique à Arrábida, en juin 2001. Je me suis formé auprès d'autres, au travers de leurs écrits : Kant, Hegel, Fichte, Peirce et Habermas. Pour le reste, j’ai côtoyé des professeurs de philosophie, des chercheurs chevronnés, des sophistes médiatiques, des mandarins académiques et de nombreux fonctionnaires de la pensée. 

A côté de cette philosophie institutionnelle, l’espace public anarchique des revues, des blogs et des filets de tweets rend visible et accessible l’effervescence des praticiens et l’intelligence des amateurs. J’y contribue depuis 1991, mû par ma responsabilité d’intellectuel critique et animé par ma croyance en l’usage public de la raison. Cette démarche est principiellement auto-référentielle : mes interventions comme publiciste portent sur la critique des déformations structurelles de la communication publique dans l’environnement médiatique et sur l’institutionnalisation démocratique des conditions normatives d’un espace public politique réflexif. Ce projet inachevé stimule toujours ma pensée.

Philosophe ou consultant ?

Installé à mon propre compte depuis 2009, je pratique aujourd’hui la philosophie contre rémunération. En quoi consiste la "consultation philosophique" et jusqu'où décrit-elle mon activité professionnelle ?

Négativement, il s’agit de faire le deuil d’une ambition narcissique secrète et de s’accepter avec humilité : 

"La situation particulière de la consultation philosophique résulte sans doute du fait que le consultant philosophe n'a pas l'envergure d'un grand philosophe. Dans le meilleur des cas, le consultant éclaire les autres grâce aux philosophes et se nourrit lui-même des questions existentielles qui lui sont posées. Si le consultant philosophe avait une vision originale du monde à présenter et à explorer, il construirait sans doute une œuvre et ne passerait pas son temps à accompagner les autres" (Vlegeris, 2010, p. 323).

Les "nouvelles pratiques philosophiques" se disséminent à l’initiative de quelques figures pionnières. Née en 1981 en Allemagne avec Gerd Achenbach, la consultation philosophique est relayée en France en 1992 par Marc Sautet, créateur des "cafés philo", et Oscar Brénifier, aux USA en 1991 par Lou Marinoffet son association (APPA). Elle fait aujourd'hui des émules notamment en Suisse et en France.

Ces démarches partagent le même souci de rendre la philosophie efficace pour éclairer l’existence et orienter l’action de leurs bénéficiaires tout en veillant à se démarquer des coaches et psychothérapeutes par les références universalisantes aux œuvres de la tradition philosophique. Le lexique utilisé pour décrire l’activité professionnelle trahit l’embarras du positionnement stratégique de la prestation. Si les télécommunications offrent du temps de parole et si les consultants philosophes proposent du temps d’écoute, "so, what’s in it for me ?"

Quelle prestation ?

L’appellation terminologique d’abord : le "consultant" est-il celui qui offre ses services contre rémunération ou celui qui les sollicite moyennant paiement ? Si ce dernier consulte un professionnel qui propose des consultations, le bénéficiaire de celles-ci est-il "sujet", "patient" ou "client" ? Et comment qualifier les prestations fournies : "conseil" (analyse critique d’une situation), "formation" (transfert de compétences techniques), "recommandations" (préconisations d’action, stratégiques ou opérationnelles) ou "direction de conscience" (magistère moral, "mentoring" issu de l’expérience de vie) ?

Au Canada, la "profession du counseling" est un terme générique, inclusif de plus de 70 titres professionnels. Elle comporte deux volets cumulatifs : moral  (la "relation de counseling") et juridique (le "service de consultation"). La relation s’établit entre un "conseiller" et un "client" et son objet est délimité par le contexte institutionnel de son exercice, selon qu’il s’agisse d’une pratique privée en cabinet libéral ou d’une prestation en organisation. Et dans ce dernier cas, le format du service, son commanditaire et son public-cible donneront lieu à des variétés d’intervention : café, salon, lunch ou apéro philosophique, atelier (consultation collective) pour adultes ou enfants, conférence, séminaire ou dialogue intra- ou inter-entreprises, supervision professionnelle ou accompagnement individuel de dirigeants, futurs dirigeants, hauts potentiels ou seniors en transition.

Eviter paternalisme et maternalisme

L’essentiel réside ailleurs. Qu’est-ce qui amène le client ? Ce qui présuppose d’examiner s’il consulte de manière volontaire ou contrainte. Et comment utilisera-t-il à son propre profit l’attention inconditionnelle que lui consacre son interlocuteur professionnel ? La philosophie cultive la prise de recul critique des acteurs sur leurs habitudes, routines et autres ornières du mode mental automatique. Comment appliquer cette réflexivité au counseling ?

On touche ici au cœur de la relation d’aide décrite par les éthiques du Care comme le prendre soin des personnes dans leur vulnérabilité et leur interdépendance au monde afin de les réhabiliter dans leur dignité humaine. Certes les thérapies brèves stratégiques construites sur la coopération avec le client, orientées vers les solutions qu’il méconnait et focalisées sur la constitution de ses "capabilités" ont depuis longtemps mis à jour le noyau dur du "prendre soin psychique", désamorçant tout paternalisme thérapeutique.

La consultation philosophique pourrait-elle, de son côté, démasquer les dérives maternalistes du Care lesquelles, sachant que l’"on a souvent besoin d'un plus petit que soi" (Le Lion et le Rat, J. de La Fontaine), renforcent subrepticement "l'irresponsabilité des privilégiés" : quand les puissants ne veulent pas admettre leur dépendance à l'égard de ceux (et plus souvent celles) qui prennent soin d'eux (Joan Tronto) ? L’enjeu politique est d’éviter le piège de la commisération pour les victimes, de reconnaître les ressorts sociaux de leur souffrance et de forger avec elles les ressources critiques de leur transformation. Et si la liberté de panser du consultant philosophe rétribuait aussi sa liberté de pensée ?

En d’autres termes, philosophe c’est le masculin de sage-femme :

-       même méthode : la maïeutique, comme accouchement, advenir humain ;

-       même activité : le Care, comme relation de prendre soin, articulant secours, soutien, solidarité et souci ;

-       même ambition : la reconnaissance, comme renaissance par la connaissance.

 

Boris Libois

Portrait de info@flyingbrain.eu

Boris Libois

Rue Joseph Claes 74 - 1060 Saint-Gilles
Articles publiés : 7