Conseils de psy

Imprévus, obstacles, échecs, conflits, soucis !!! « Se liberer de tout ça » ou « être libre AVEC tout ça ? »

/ Par Serena Emiliani / Mal-être

Imprévus, obstacles, échecs, conflits, soucis !!! « Se liberer de tout ça » ou « être libre AVEC tout ça ? »

C’est-à-dire…Avez-vous jamais mis une Mentos dans un verre de Coca ?

Ça mousse d’une façon explosive !

En fait pour déclencher la réaction physique et mousseuse, il nous faut une convergence de deux éléments : les Mentos ET le verre de Coca.

De même, pour déclencher la réaction du STRESS (la mousse), il nous faut une convergence de deux paramètres qui sont les STRESSEURS (les Mentos) et la STRESSABILITE (le verre de Coca).

Le représente donc l’élément qui déclenche notre stress, soit la situation gâchette, une attitude, une personne, en général tout ce qui est inhérent au monde extérieur.

 

La la manière dont j’analyse, j’entrevois la chose. La stressabilité, dont la modalité et l’intensité sont très variables, dépend de la capacité d’adaptation, de la motivation, de la capacité à communiquer de manière assertive de chacun.

 

Cette simple métaphore, que j’utilise dans mes coachings pour la réduction du stress, permet de visualiser avec un exemple concret où se situe notre responsabilité dans l’équation stress et, au même temps, vu que la responsabilité est indissociable du pouvoir d’agir, cela permet aussi de définir notre zone de pouvoir.

 

Quel pouvoir avons-nous sur les Mentos après tout ? Aucun ! Par contre on en rencontrera tous les jours !

 

Ça ne sera pas plus efficace, alors, d’identifier nos verres de Coca et de les diluer avec de l’eau ?

Et oui… parce que si je jette une Mentos dans un verre de Coca ça mousse, mais si la même Mentos tombe dans un verre d’eau il ne se passe rien.

 

Mais quels sont au fond les verres de Coca ?!!!

 

Ils représentent dans cette métaphore tout ce qui nous rend réactifs et stressables : la fermeture au nouveau, le déni, la rigidité, les jugements morales, l’envie de contrôler, les exigences, les soucis d’image etc. Chacun a ses verres de Coca selon son histoire, les miens ne sont pas les vôtres, les vôtres ne sont pas les miens.

 

Le verre de Coca symbolise ici le mode mental AUTOMATIQUE, fait pour gérer le simple et le connu, qui se renferme devant la nouveauté, qui refuse ce qui est désagréable, peu créatif, tranché, pressé de trouver une solution, qui veut plaire, qui est grégaire, qui veut avoir raison ! Bref qui REAGIT !

 

Le verre d’eau, le mode ADAPTATIF, fait pour gérer le complexe et le nouveau, qui est curieux envers la nouveauté, qui accueillit ce que l’on ne peut pas changer, qui est nuancé, qui relativise, qui cherche où est le problème avant de chercher la solution, qui assume son avis personnel sans soucis d’image sociale, qu’il sait que la raison ou le tort est juste une question de perspective, il CHOISIT au fur et au mesure ses réponses adaptées, à la place de réagir.

 

L’état de calme du mode automatique est comme du Coca sans Mentos, ça ne mousse pas jusqu’à quand il en rencontre une. C’est donc une CALME STRESSABLE.

 

L’état de calme du mode adaptatif par contre c’est comme un verre d’eau, il ne mousse jamais, même quand il rencontre plein des Mentos. C’est donc un CALME PAS STRESSABLE.

 

Plusieurs stratégies antistress peuvent être adoptées :

On peut agir sur la mousse : en termes pratiques on agit sur les symptômes du stress, on fait des massages, de la relaxation, on se met au repos, on prend des médicaments, on s’éloigne si on peut des Mentos. Ça peut effectivement soulager sur le moment, et pour un certain temps, mais un jour ou l’autre une Mentos nous attend au long de notre chemin.

On peut aussi agir sur les Mentos : on peut prendre des initiatives qui ont un impact sur l’environnement, sur les comportements des autres mais on sait très bien que notre pouvoir dans ce cas est très limité : c’est le hasard qui règle le monde et on ne peut pas changer les autres durablement.

Revenons alors à nous, diluons le Coca avec de l’eau !!!

C’est-à-dire ???

Plusieurs pratiques peuvent avoir un impact sur notre manière de penser, que l’on peut pratiquer seuls ou avec un accompagnement de coaching : la méditation en pleine conscience, les exercices cognitifs ou comportementales de gestion du stress peuvent ouvrir des portes à la pensée adaptative.

Une métaphore simple, donc, pour mieux comprendre la différence entre les deux modes de penser.

« Se liberer de tout ça » c’est voir le monde à travers un verre de Coca qui espère à ne plus rencontrer de Mentos pour ne pas mousser…. C’est-à-dire les contraintes, les obstacles, les échecs, les critiques, les jugements, les imprévus, les comportements des autres…à bon et comment on va faire ???

Rien qu’y penser c’est déjà un stress !!!

« Etre libre AVEC tout ça » par contre c’est voir le monde à travers un verre d’eau qui ne craint plus les Mentos, c’est un calme pas stressable, ça ne mousse plus !

Ça vaut la peine peut-être d’essayer, diluer le Coca avec l’eau c’est une question d’entrainement à la gestion du stress, avec beaucoup des moyens aujourd’hui disponibles : ça se travaille et ça se prépare, avec rigueur et persévérance.

Le bonheur est une manière d’être et une manière s’apprend !