Je souhaite...

Conseils de psy

La puissance de l'écoute. Approche centrée sur la personne de Carl Rogers.

/ Par Marianne Verschooris / Psychothérapies

La puissance de l'écoute. Approche centrée sur la personne de Carl Rogers.

La « puissance » de l’écoute...

Psychothérapie: « Approche centrée sur la personne existentielle et expérientielle de Carl Rogers » - Texte personnel -

Se sentir écouté(e) et entendu(e) sans jugements, sans conditions, sans évaluations, sans conseils ni interprétations, ni commentaires, ni critiques... Nous minimisons bien trop la puissance de l’écoute et son effet thérapeutique favorable à l’évolution positive de la personne pour elle- même. Cette dimension humaine de l’approche centrée sur la personne témoigne d’une grande confiance en l’être humain et de la vision positive de la nature humaine. Le postulat de base de l’approche est la confiance dansla force vitale, en chaque être humain, qui le pousse et le dirige toujours toujours vers ce qui est bon pour lui.


A maintes reprises, nous vivons la « non-écoute » au quotidien dans nos relations. Que de situations au cours desquelles nous devons nous cacher, nous nier, mentir, faire plaisir par peur du rejet ou de l’abandon....
Les jugements, les conseils, les commentaires, les évaluations, les directives, les interprétations, les diagnostics, les incompréhensions, les culpabilisations, les conditionnements... nous éloignent de nous-mêmes. Inutile de s’en vouloir, c’est inévitable !
Nous n’avons pas reçu « le mode d’emploi de la relation » en naissant, nos parents, nos grands-parents... non plus !

Carl Rogers a vérifié et validé scientifiquement l’inefficacité des interprétations dans la relation psychothérapeutique.
Il a tenté la bienveillance, ensuite la congruence et l’empathie comme conditions favorables et essentielles d’une relation thérapeutique, climat favorable qui amène la personne vers un changement positif POUR ELLE et respectueux d’elle-même.


Le désir de chaque être humain est de se respecter, d’être lui-même, de se rencontrer et d’être en accord avec lui ! Il a le désir également d’être libre, responsable et de trouver un sens à sa vie. (Partie existentielle de l’approche)Il y a ce que je suis, l’idée de ce que je suis, ce que je voudrais être et ce que les autres voudraient que je sois. Nous nous construisons ainsi au cours de notre existence.

Nous entendons fréquemment : « Ce que je suis, est-ce bien moi ? » - « Qui suis-je? » - « Suis-je libre d’être moi-même? » - « J’ai fait ce choix pour faire plaisir à mon père! Et moi? Je me sens perdu! » - « Je ne m’y retrouve plus...! » - etc...

L’idée que j’ai de moi est souvent tronquée par le regard conditionnel des autres - parents, profs, éducateurs... - dont j’ai besoin d’être considéré(e) et aimé(e).

Cette double dimension intérieure: être aimé(e), considéré(e) et être soi estun réel « duel intérieur » qui produit des « nœuds », des paradoxes, des conflits et des désaccords internes, sources de nos angoisses, de nos « mal- être », de nos tensions, du stress, de certaines somatisations, de la dépression, du burn out, du surmenage, de certaines difficultés alimentaires ...

Chaque personne a ses propres ressources mais s’en est éloignée par le conditionnement lié aux personnes extérieures dites « personnes-critères ».

Le travail thérapeutique dans l’approche centrée sur la personne que j’ai expérimenté à titre personnel m’a permis de me retrouver et de devenir une meilleure compagne pour moi-même, de tenter d’accepter les creux dans ma vie et de me libérer des jugements et de la culpabilité, d’oser être vraie et authentique.

Au fil des séances avec les personnes qui me font confiance et qui me livrent leur vie, je découvre depuis des années les effets libérateurs d’une écoute bienveillante. Il ne s’agit pas d’une simple écoute mais d’une « écoute au- delà des mots » et au travers du vécu de chaque personne. (Partie expérientielle de l’approche)

L’essentiel dans cette approche est la personne qui vit le problème et non le problème. Que vit-elle au travers de sa difficulté? Comment vit-elle cette souffrance? Où se situe-t-elle vraiment? Quels enjeux existentiels et relationnels traversent-elle dans la situation problématique en question? ...

Le climat bienveillant dans le cadre de la thérapie centrée sur la personne va permettre à la personne d’être acceptée et considérée sans condition et de manière positive afin qu’elle puisse mobiliser ses ressources, s’y reconnecter et trouver ses propres solutions face à ses difficultés en restant libre de ses choix et de son rythme. Il s’agit donc de respecter la personne dans son processus vital. La personne pourra ainsi reprendre confiance en elle.

Voilà donc, en quelques lignes la philosophie de l’approche centrée sur la personne dans laquelle je travaille depuis 15 ans.

Marianne Verschooris

Portrait de Marianne Verschooris

Marianne Verschooris

10 Grote Kapellaan - 1652 Bruxelles
Articles publiés : 1