Je souhaite...

Conseils de psy

La jalousie : preuve d’amour ? Manque de confiance ? A quel moment devient-elle pathologique ?

/ Par Sally Das / Vivre à 2

La jalousie : preuve d’amour ? Manque de confiance ? A quel moment devient-elle pathologique ?

 

Denise Pelletier cite : « On n’est jaloux que de ce que l’on aime ». L’amour justifierait donc la jalousie ? Ne pas être jaloux signifierait alors que nous ne tenons pas à notre partenaire ?

 

La jalousie peut se manifester de différentes manières :

 

-) La jalousie « soft » où votre partenaire vous taquine gentiment quand on vous regarde dans la rue ou quand quelqu’un vous complimente.

 

-) La jalousie « normale » où votre partenaire n’apprécie pas un comportement qu’on a pu avoir avec vous : « Votre collègue vous offre des fleurs ou vous invite à dîner plusieurs fois après refus », « Votre ex vous contacte régulièrement », « Vous discutez avec des inconnus sur les réseaux sociaux tous les soirs ».

 

-) La jalousie « importante » où votre partenaire vous questionne sur vos faits et gestes, sur les personnes que vous avez côtoyé durant la journée, vous demande qui vous contacte ou de qui provient le dernier message reçu sur votre portable, vous téléphone dix fois par jour. Votre partenaire vous fait des reproches, vous demande de vous habiller de manière moins « voyante ou attractive », de ne pas vous maquiller pour les femmes ou vous parfumer pour les hommes par exemple, il exerce un contrôle sur votre vie de tous les jours tant il craint que vous soyez vu(e) par les autres ou que vous puissiez être séduisant(e) aux yeux des autres.


-) La jalousie « pathologique » où l’autre prend possession de vous : vous êtes devenu sa propriété. Check des messages, des appels, fouille de votre portable, de votre ordinateur, réseau social, boîte mail, vêtements ! Interrogatoire quand vous rentrez, limitation de vos contacts avec vos amis du sexe opposé, certains vont même jusqu’à suivre leur partenaire pour s’assurer qu’ils vont au bon endroit ou ils vous contactent en demandant où vous êtes et une preuve à l’appui que vous y êtes bien ! Parfois, certaines de vos activités vous sont interdites car elles sont intenables pour votre partenaire (salle de sport, danse, soirée à l’extérieur, réunion entre collègues, …).

 

-) L’absence de jalousie : où le couple se fait confiance, a confiance en lui et en l’autre et où les partenaires se disent que si un jour, ils ne doivent plus s’aimer, cela arrivera et on ne peut rien y faire.

 

Certains me diront qu’ils sont jaloux depuis des années et que cela n’a jamais posé aucun souci dans leur relation car ils le vivent de la même manière, en s’isolant des autres et en vivant tous deux dans leur bulle à eux, sans contact avec l’extérieur et sans « risque » que l’un ou l’autre puisse être séduit ou ait envie de quitter l’autre au bout d’un moment.
 

Pour d’autres, cela pose problème car généralement, l’un des partenaires est plus jaloux que l’autre et exerce donc plus de contrôle sur la personne aimée, qui se voit alors contrôlée, accusée et qui vit mal le manque de confiance de l’autre.

La jalousie peut provenir d’un manque de confiance en soi, en l’autre ou les deux. Il se peut aussi que votre manque de confiance en vous engendre un manque de confiance en l’autre ou que des schémas passés entraînent cette jalousie (partenaire infidèle, parent infidèle et conséquences sur la famille).

 

Généralement, la personne blâmée est l’individu jaloux. N’oublions pas que la jalousie peut être un fardeau lourd à porter tant pour l’individu qui la ressent que pour l’autre qui la subit. On ne choisit peut-être pas d’être jaloux ou non et on ne peut dire que c’est en lien avec l’amour ressenti. Vous n’êtes pas responsable de cette jalousie naissante mais vous pouvez y faire quelque chose et régler ce problème !

 

Quand on n’a pas confiance en soi, on pense qu’on ne peut garder son partenaire à l’infini. « Je ne suis pas assez bien, il/elle trouvera mieux que moi, je n’aime pas mon corps, comment peut-on être avec une personne comme moi ? Je ne comprends pas ce qu’il/elle me trouve, il/elle va se lasser de moi et me quitter ». La jalousie s’exprime alors par une peur de perdre l’autre et une façon de l’exprimer à l’autre. Malheureusement quand vous faîtes une crise de jalousie à votre partenaire, ce que celui-ci entend n’est pas ce message de désespoir à l’idée de le perdre mais la xème prise de tête pour les mêmes raisons qu’il ou elle ne comprend toujours pas.

 

Quand on n’a pas confiance en l’autre, la jalousie se manifeste de la même manière que la précédente. Hors, ici, on n’a pas peur de perdre l’autre car on n’a pas confiance en soi, mais on craint les réactions et comportements de l’autre. Cela se manifeste chez les partenaires séducteurs qui ont besoin de séduire pour se rassurer sur leur succès, ceux qui ont eu une liste de partenaires précédemment et qui ont décidé de se ranger, ceux qui ont été infidèle et pour qui on craint une récidive, ceux qui sont très attractifs physiquement et où on craint que cette attraction soit une facilité pour mettre un pas de côté.

Il peut arriver que des schémas parentaux créent une jalousie : si l’un de vos parents était infidèle et que vous avez vu votre parent souffrir de cette situation ou si vous pensez que votre père étant infidèle, tous les hommes le sont. Vous n’avez pas envie que cela se reproduise au sein de votre couple, d’où cette attitude.

 

Si vous vous trouvez dans la catégorie « Jalousie soft » ou « Jalousie normale », une discussion peut suffire. Vous expliquez alors à l’autre que vous avez peur de le perdre et les raisons qui vous apportent ces craintes. L’être aimé pourra alors vous rassurer sur ses sentiments et vous pourrez trouver des solutions ensemble.

Si vous vous trouvez dans la catégorie « Jalousie importante » ou « Jalousie pathologique », il est utile de se faire aider car ce type de jalousie peut créer des tensions au sein du couple et mener à la fin de votre histoire. De plus, ces comportements de jalousie ne sont pas évidents à gérer ni pour vous ni pour votre partenaire !

 

Privilégiez le dialogue à la scène de jalousie, communiquez avec votre partenaire ! et si tout cela ne suffit pas, faîtes-vous aider…

Sally Das -  Psychologue, Psychologue clinicien(ne), Psychothérapeute, Formateur/trice

Sally Das

Rue Enfer 42 - 7120 Estinnes au Val
Articles publiés : 18

Type : Psychologue , Psychologue clinicien(ne) , Psychothérapeute , Formateur/trice
Spécialités : Soutien , Thérapie brève systémique , Thérapie brève , Thérapeute du couple , Tests d'orientation , Testing , Soutien , Thérapie cognitivo-comportementale , Psychothérapie psychanalytique , Thérapie centrée sur la personne , Psychologie positive , thérapie systémique , Thérapie orientée solution , Thérapie familiale , Thérapie familale systémique , Psychosomatique relationnelle , Conseil , Diagnostic , Communication non violente (CNV) , Art-thérapie , Prévention et traitement du Burn-out , Guidance parentale
Problématiques : Addictions , Alcoolisme , Angoisse d'abandon , Angoisses , Anorexie , Anxiété , Assertivité , Boulimie , Burn-out , Confiance en soi , Cyberdépendance , Dépendance , Dépression , Deuil , Drogue , Emotion , Estime de soi , Fatigue chronique , Harcèlement , Haut potentiel , Hyperactivité , Jalousie pathologique , Jeu pathologique , Manipulation mentale , Pervers narcissiques , Phobie , Prise de parole en public , Problèmes de couple , Problèmes d’éducation , Problèmes liés au travail , Problèmes scolaires , Problèmes sexuels , Stress , Stress post-traumatique , Tabagisme , Toxicomanie , Traumatismes , Troubles alimentaires , Troubles de l'adaptation socio-culturelle , Troubles de l'attachement , Troubles de l'identité , Troubles de l'identité sexuelle , Troubles de l’attention (TDAH) , Troubles du sommeil , Troubles obsessionnels compulsifs (TOC) , Violence
Publics : Adulte , Ado , Enfant , Couple , Famille , Groupe