Je souhaite...

Conseils de psy

Le Syndrome de l’Enfant Trop Sage

/ Par Anne-Françoise Meulemans / Enfants

Le Syndrome de l’Enfant Trop Sage

C’est vrai qu’on ne l’entend presque jamais. Ce n’est pas qu’elle n’est pas attentive, bien au contraire, mais elle est quand même fort effacée, sans doute pas beaucoup de caractère.

Elle n’est pas comme son frère, heureusement ! Avec lui, on a bien du souci, c’est la 3e fois qu’il change d’école, il perturbe les cours. Avec lui, on est allé voir des psys, une logopède, les profs. Il nous prend toute notre énergie. HEUREUSEMENT, il y a ELLE.

C’est notre rayon de soleil, notre réconfort. Avec elle, pas de souci, on se dit qu’on n’est finalement pas de si mauvais parents. La preuve ? Notre fille. C’est vrai qu’elle est assez stressée, mais elle veut tellement bien faire.

Syndrome de l’Enfant Trop Sage, vous dites ?

Le syndrome interpelle, une nouvelle maladie qui attire l’attention, au contraire de cet  enfant, fille ou garçon, dont le mode d’existence, ou plutôt de survivance est l’effacement.

Surtout qu’on ne le remarque pas ! Il longe les murs, redoute les regards, se sent terrorisé par les adultes et /ou les autres enfants. Il rêve beaucoup, parfois bizarrement distrait.

Il pense ne devoir sa survie que par sa parfaite conformité au monde des autres, à leurs attentes.

Le grand frère cause des soucis aux parents ? Je vais les soulager !

La maitresses aime qu’on ait de beaux résultats, qu’on lui obéisse ? Je vais tout faire pour lui plaire !

Pareil pour les amis, je ne serai jamais chef de tribu. J’essaye  d’être accepté-e par tous les moyens de séduction dont je dispose. Parfois , je vais vers les enfants plus jeunes, ou du même âge mais que je trouve plus fragiles que moi. Je peux les aider, je me trouve utile, j’ai ma place.

Ma vie trouve son sens à satisfaire les autres.

Pourquoi Syndrome ? Derrière cette transparence se cache une hypersensibilité. L’enfant vit des émotions tellement denses, qu’il ne les canalise pas, mais les barricade.

Ils ont des chevaux sauvages dans la tête. La passion se trouve à tous les coins de leur cœur. Ils aiment totalement, souvent de manière fusionnelle, dans l’angoisse d’être rejeté, ou abandonné. Ils ont des rêves fous qui prennent tant de place. Qui pourrait imaginer une telle intensité derrière une telle transparence ? Il y a un décalage entre l’image et le vécu intime. Incongruence totale, petites épaules pour gros cœur.

 

C’est une souffrance qui ne touche souvent que l’enfant, et non son entourage. Aucun dérangement de l’ordre public, bien au contraire, ils sont cités en exemple. Exemple de quoi ? D’une hyper adaptation, qui un jour vers 15  ans, 30, 40, ans ou plus tard se brisera dans une crise inattendue. Avant la crise, une succession de chutes, de mal-êtres, de souffrances cachées.

L’hyper adaptation, technique de survie, est pernicieuse, car elle  permet à l’enfant  de survivre socialement mais l’empêche de se reconnaitre dans toute sa valeur, et de s’autonomiser.

Ces enfants vivent une incapacité à gérer des émotions. Ils sont souvent à Haut Potentiel, captent tellement d’informations, de tout ordre,  informations affectives, psychologiques, sensorielles, d’apprentissage.

Que faire face à une petite fille ou un petit garçon trop sage ?

 Y porter de l’attention. Derrière le silence, il peut y avoir tellement d’histoires à raconter qui parlent de l’enfant. Ecoutons-le, allons voir les profs comme pour un enfant turbulent, remuons ciel et terre pour leur épanouissement, peut-être allons voir un psy… parce que TOUT VA TROP BIEN.

 

Anne-Françoise Meulemans, médecin psychothérapeute, coordinatrice de CentrEmergences

Portrait de Anne-Françoise Meulemans

Anne-Françoise Meulemans

rue de Neufmoustier 6 - 1348 Louvain-la-Neuve
Articles publiés : 16