Je souhaite...

Conseils de psy

La baisse du désir sexuel

/ Par Pascal Coquiart / Problèmes de couple

La baisse du désir sexuel

Lors du premier entretien, Pierre vient seul me parler de la souffrance qui le tenaille au corps et l’obsède à lui en enlever le sommeil.
« Carine, ma femme n’a plus de désir sexuel ! » me confie Pierre, fort dépité et meurtri par des mois d’abstinence forcée. Quelques entretiens individuels et de couple permettent de mettre à jour une réalité bien plus complexe que ce que cette affirmation laisse supposer.
Je vous propose dans une série d’articles d’investiguer les destinées alambiquées du désir sexuel et de permettre au plus grand nombre d’entre nous, ayant envie d’avoir envie ou en mal de désir de son partenaire d’aller vers un mieux-être personnel, sexuel, et conjugal.

Carine me confie avoir envie parfois de se caresser, quand elle est seule à la maison. Et elle l’est souvent. Elle se masturbe vite, de peur d’être surprise, mais par qui ? Seulement coupable de se donner du plaisir quand dans le couple, le sexe est au point mort. Elle atteint très vite l’orgasme en se caressant de manière rapide le clitoris et la vulve des doigts de la main droite. C’est comme un éclair et très vite, elle retrouve à nouveau sa bonne humeur perdue dans les soucis du quotidien… qui la rattrapent par la suite…

Ces travaux qui n’en finissent plus, sa cuisine en chantier depuis 10 ans, Pierre qui rentre tard, tous les soirs… Il est vrai qu’il a beaucoup investi financièrement dans son garage et que bouffé par la nécessité des mensualités à rembourser, il faut que son affaire tourne… ce garage, ce beau garage, ce garage odieux qui mange le temps… à soi et à partager avec femme et enfants. Et quand, harassé, ayant soupé tard, un whisky avalé pour se décontracter, il s’allonge près d’elle, elle sent son haleine fétide et son sexe rigide,… elle s’écarte alors, triste, très triste… et lui souffle de dépit, sa colère rentrée, et la frustration béante…

Et pourtant, le passé défile dans la tête de ces deux êtres qui se déchirent silencieusement dans la nuit de leur lit, mémoire de leurs ébats passionnés et amoureux…
Le désir est là, mais ne se concrétise pas.
Que s’est-il passé pour en arriver là ?
Dans notre couple, on voit que chacun éprouve bien du désir sexuel : elle se caresse, et lui fait ses approches nocturnes. Le désir est là, mais ne se concrétise pas.


Ils ont tous les deux, peu ou prou oublié que la vie sexuelle, c’est comme un jardin, elle demande de l’entretien. Si vous portez une attention continue à la pelouse, aux fleurs, aux plantes, aux arbres de votre jardin, vous en retirerez maintes satisfactions, et l’énergie à y mettre sera légère. Tandis que laisser la mousse, les liserons, le chiendent, les ronces envahir votre extérieur vous rendra la sortie désagréable ou alors quand vous allez vous remettre à y travailler, il y aura tellement d'ouvrage que vous n’aurez pas envie de tout débroussailler. Et vous serez de mauvaise humeur.
Le jardin de ce couple est bien mal en point. Il y a évidemment ce satané stress qui empêche les fantasmes de jaillir et de bouter le couple en un joyeux feu d’artifice de création érotique


Carine, comme beaucoup de femmes, est réceptive, à l’ambiance de la journée, aux attentions, à la tendresse, à l’état de la relation amoureuse, en deux mots à l’intimité émotionnelle qui la rendra d’autant plus ouverte aux relations sexuelles. Tandis que Pierre, à l’instar de nombreux hommes, ne s’embarrasse pas de toutes ces considérations, il se dit « je bande donc je désire ».
Comment ce couple peut-il sortir de ce qu’il croit être une impasse ?


Il y a un chemin à faire, chacun, l’un vers l’autre, dont nous verrons les multiples méandres au fil de ces articles. Aujourd’hui, contentons-nous de nous poser d’abord la question toute simple de savoir sur les 604.800 secondes de la semaine ou les 1.209.600 de la quinzaine, combien de temps sommes-nous prêts à consacrer à notre jardin relationnel. Et encore plus concrètement, prenons nos agendas pour nous fixer un moment pour se parler, s’écouter, montrer à l’autre qu'il existe, a de la valeur à nos yeux… et pourquoi pas finir au lit dans une grande fête sexuelle de retrouvailles.

Pascal Coquiart

Pascal Coquiart -  Psychologue, Psychothérapeute, Sexologue, Hypnothérapeute

Pascal Coquiart

31 rue du Chêne - 6530 Thuin
Articles publiés : 2