Je souhaite...

Conseils de psy

La part des oligodendrocytes

/ Par Pascal Coquiart / Etre soi

La part des oligodendrocytes

Lu pour vous Le Journal du médecin 19/12/2014 n° 2389

Nos neurones sont activés lors d’un apprentissage. Ceux-ci libèrent dans leur environnement proximal des signaux - notamment de division - auxquels les OPC (oligodendrocyte progenitor cells) sont sensibles. Ces derniers se multiplient d'abord, puis se différencient ensuite en oligodendrocytes (ODC), lesquels produisent la myéline qui, renforçant l'isolation des axones, augmente leur conductivité et l'apprentissage.

La plasticité cérébrale dépend en particulier de ces ODC. Or la schizophrénie ou le trouble bipolaire sont associés à un déficit en myéline. Et l'on sait que les circonstances de vie difficiles rendent vulnérables la myéline. D'autre par la différentiation d'OPC en ODC diminue avec l'âge, comme la faculté d'apprentissage.

Le défi maintenant pour la recherche est d'arriver à réduire la gravité des pathologies qui incluent une réduction de la myéline, et d'atténuer les effets de l'âge sur la mémoire.

Petit commentaire personnel…

On peut émettre l’hypothèse que le stress, comme le harcèlement à l’école, affecte l’apprentissage via ce mécanisme… A vérifier !

Pascal Coquiart, Psychologue et Psychothérapeute 

Pascal Coquiart -  Psychologue, Psychothérapeute, Sexologue, Hypnothérapeute

Pascal Coquiart

31 rue du Chêne - 6530 Thuin
Articles publiés : 2