Je souhaite...

Conseils de psy

L'Education Syntropique

/ Par info psy.be / Enfants

L'Education Syntropique

Que signifie l'adjectif Syntropique?

Syntropique est dérivé de Syntropie.

Le terme Syntropie est un terme qui fait référence à l'Entropie. En thermodynamique,l'Entropie est une grandeur qui mesure la dégradation de l'énergie d'un système. En d'autres mots, l'Entropie est la tendance à se désagréger, à se décomplexifier. Par exemple, si vous laissez une tranche de pain sur une table pendant quelques jours, cette tranche de pain va se dessécher, probablement moisir et au fil du temps, se décomposer.

Le terme qui décrit l'effet inverse, à savoir la tendance à s'organiser et mettre de l'ordre dans sa structure est la Néguentropie. Albert Szent Györgyi, prix Nobel en 1937 grâce à ses travaux sur la vitamine C, a substitué au terme de Néguentropie celui de Syntropie, à savoir "une force supputée qui pousse les choses vivantes vers des niveaux de plus en plus élevés d'organisation, d'ordre et d'harmonie dynamique, vers la synthèse, la croissance, la totalité, l'auto-perfection." 

Pierre Catelin, créateur de l'Approche de l'Alignement (AA), a étendu cette notion à la matière inanimée et, donné à la Syntropie la définition suivante : "la tendance à réaliser le potentiel", réaliser dans le sens de rendre réel. Elle agit donc sur tout ce qui existe dans l’univers, vivant ou non, conscient ou pas, et ce de manière neutre, sans jugement ni décision délibérée, tout comme la gravitation fait tomber les objets vers le centre de la Terre.

On qualifie de syntropique ce qui va dans la direction de réaliser le potentiel et de dystropique ce qui a tendance à faire obstacle à la réalisation du potentiel. Pour aller plus loin, sont syntropiques les attitudes et comportements qui permettent à l'enfant de satisfaire ses 7 Besoins Fondamentaux (1. Sécurité, 2. Repères, 3. Liberté, 4. Amour, 5. Cohérence, 6. Sens, 7. Réalisation).

L'Education Syntropique vise donc à encourager, aider, accompagner la réalisation du potentiel et à éviter ce qui pourrait bloquer la manifestation de ce potentiel.

Par exemple, pour l'apprentissage de la lecture, sous l'effet de la Syntropie, chaque enfant s'y mettra à son rythme et lorsque la curiosité ou l'intérêt l'y pousseront. Lire fait partie du potentiel humain en tant que moyen de communication et d'ouverture sur les autres et le monde dans lequel on vit. Il s'agit de faire confiance dans la Syntropie et dans le fait que l'enfant apprendra à lire de toute façon. Si l'enfant voit que cela lui sert de lire, que cela peut lui être utile, il se mettra spontanément à l'apprentissage de la lecture ou demandera de l'aide, avec envie et enthousiasme, à moins que quelque chose y fasse obstacle. En effet, si on force le rythme naturel de l'enfant parce que, par exemple, on croit qu'il y a un âge minimum auquel il faut que l'enfant lise; ou inversement, si la lecture est peu présente parce qu'elle pose problème pour l'adulte et que l'enfant ne voit pas en quoi lire peut lui être utile, le risque est de bloquer la tendance naturelle de l'enfant de vouloir apprendre ou de créer des difficultés. Dans ce cas, ces attitudes, comportements seront appelés dystropiques.

Nous voyons dans cet exemple que nous avons une influence certaine sur l'action de la Syntropie sur le développement de l'enfant, que nous soutenons ou contrarions par nos actions et attitudes vis-à-vis de l'enfant.

Qu'est ce qui sous-tend cette influence? Comment savoir si l'on est soutenant ou bloquant?

Tout d'abord, je tiens à rassurer le lecteur, aucun de nous ne fait exprès de bloquer le développement de l'enfant. Toutefois, dans notre attitude, quelque chose empêche l'action de la Syntropie sur le potentiel mais nous n'en sommes nullement coupables. Cela se passe de manière subconsciente, avec beaucoup de bonne volonté souvent. En effet, nous sommes souvent peu conscients de nos "croyances", c'est-à-dire du filtre au travers duquel nous appréhendons le monde. Une croyance est une hypothèse à propos de la réalité et c'est sur base de notre système de croyances que nous prenons nos décisions, que nous agissons. Ces croyances se sont mises en place majoritairement dans l'enfance et elles conditionnent notre manière d'agir et de vivre notre vie, de manière harmonieuse (syntropique) ou disharmonieuse(dystropique).

Dans notre exemple, la croyance qu'"il faut qu'un enfant apprenne à lire à partir de 6 ans" (comme c'est prévu à l'école) ou, son pendant, "il y a un problème si mon enfant ne lit pas encore à 6-7 ans", va influencer le discours des parents et des enseignants vis-à-vis de l'enfant et les pousser à, peut-être, "forcer" un enfant qui n'est pas encore prêt de lui-même, avec toutes les conséquences que cela peut engendrer en termes de désintérêt pour la lecture, de troubles de la lecture et puis de l'écriture, etc.

Je voudrais citer l'exemple donné par Jacques Samson dans un de ses séminaires que j'ai suivis : l'histoire de cette petite fille de 8 ans qui refusait de lire et que l'entourage, confiant, n'a pas voulu forcer et qui un jour a compris ce que cela voulait dire en fait "lire", c'est-à-dire qu'elle ne voulait pas lire parce qu'elle n'avait pas saisi ce que cela pouvait lui apporter jusqu'au jour où l'intérêt pour un sujet a fait dire à son entourage qu'elle trouverait toutes les informations dans ce livre posé sur la table. Depuis ce jour, elle a appris à lire en quelques mois et lit en permanence 3 à 4 livres en même temps... en fait, elle ne lit pas, elle dévore…
Aurait-elle été forcée à lire, elle aurait sans doute été dégoûtée, alors que là...

Et donc sans doute la question à se poser est : quelles sont mes croyances dystropiques, celles qui vont bloquer la réalisation du potentiel chez l'enfant?

Il s'agit de prendre conscience de ce que vous croyez à propos des enfants, de leur éducation, quelle influence a votre propre éducation reçue de vos parents sur celle que vous donnez à vos enfants. Les croyances identifiées peuvent alors être changées pour que vous deveniez de plus en plus Syntropique vis-à-vis des enfants, afin que leur potentiel puisse se manifester le mieux possible, et leurs Besoins Fondamentaux être satisfaits.

Laurence Legrand. Psychothérapeute

 

Portrait de psy.be

info psy.be

Avenue Jupiter 7 - 1450 Chastre
Articles publiés : 479