Conseils de psy

Comment gérer son stress, ses ruminations mentales et ses émotions par l'entraînement à la pleine conscience

/ Par Sylvie Skowron / Stress

Comment gérer son stress, ses ruminations mentales et ses émotions par l'entraînement à la pleine conscience

Dans notre vie quotidienne, une énergie importante est allouée au désir de bien faire, de contrôler nos actes. En cas de stress prolongé, nous pouvons facilement nous trouver dépassés par les événements, envahis par des ruminations et des pensées autocritiques. Nous pouvons alors développer un sentiment d’inefficacité personnelle, de culpabilité, pouvant aller jusqu’au déclenchement d’un état anxieux, dépressif, à l’aggravation de douleurs voire à un « burn-out » professionnel. 

La pleine conscience ou « mindfulness » s’inspire de deux programmes de soin et de prévention des conséquences du stress : « Mindfulness based stress reduction » (MBSR) et « Mindfulness based cognitive therapy » (MBCT). Ces programmes  développent la prise de conscience des pensées, des émotions, de l’environnement qui nous entoure et des sensations corporelles qui composent chaque expérience de notre quotidien. Ils proposent l’apprentissage de nouvelles façons d’être et de réagir dans des situations de stress mais ils visent d’abord et surtout l’absence de stress. La pleine conscience consiste à être présent à l’expérience du moment, sans filtre, sans jugement et sans attente. Pour cela, il est primordial de s’engager pleinement dans ce que nous faisons afin d’augmenter notre sentiment d’efficacité et notre épanouissement. Le programme insiste sur une pratique quotidienne visant à acquérir ces habiletés. Le programme d'entraînement à la pleine conscience s’adresse à toute personne intéressée par cette expérience de développement personnel, de découverte de soi, que l’on soit sensibilisé ou non aux notions d’anxiété, de dépression ou de stress. L’apprentissage de la pleine conscience vise à prévenir les risques liés au stress, à l’anxiété, aux douleurs chroniques, ainsi que les risques de rechute pour les personnes ayant déjà connu ces problématiques.