Je souhaite...

Conseils de psy

La cohabitation pendant les vacances avec les enfants d'amis, c'est pas toujours facile!

/ Par Carole Bloch / Vivre ensemble

La cohabitation pendant les vacances avec les enfants d'amis, c'est pas toujours facile!

Noël, période de l'année, où l'on a l'habitue de se retrouver et de vivre de bons moments. 

Les enfants apprécient eux aussi d'être ensemble pendant cette semaine, où ils vont pouvoir partager rire, joies, activités et créer ainsi de merveilleux souvenirs.

Mais je me suis rendue compte qu'il n'était pas toujours facile de vivre pendant huit jours avec les enfants des autres.

Vous êtes-vous déjà posé la question suivante:

Comment cela se fait-il que chacun d'entre nous puisse avoir une façon si différente d'éduquer nos enfants ?

C'est intéressant de constater comme chaque individu, en fonction de sa personnalité, de l'éducation qu'il a reçu, de son évolution va reprendre le même schéma familial qu'il aura eu, ou, au contraire fera justement l'inverse pour ne surtout pas reproduire les mêmes erreurs, ou encore, justement se sentira un peu perdu, car il n'aura pas "le mode d'emploi".

Je me retrouvais face à une ado qui ne respectait rien, affalée sur un canapé, refusant d'aider à débarrasser, et accrochée à son gsm, et un autre enfant  faisant des colères sans que les parents ne réagissent.

Et à ce moment là, je sentais bouillir en moi une tension interne, les questionnements fusaient dans ma tête !

Dois-je faire une réflexion à cette ado invivable ?

Dois-je m'énerver sur ce pauvre enfant colérique ? 

Suis-je finalement  obligée de me faire laisser gâcher mes vacances par deux jeunes qui ne connaissent pas bien les limites et les règles de la vie en communauté.

Une première solution automatique s'offrait à moi, leur crier dessus, m'énerver contre eux, ou contre leurs parents.

 

N'avez-vous jamais vécu cela ?

Comment avez-vous réagi ?

Avez-vous cessé les vacances en famille ou entre amis, ou peut- être vous organisez-vous différemment ?

Vous êtes-vous énervé, fâché même avec certains membres de votre famille ou de vos amis ?

Etes-vous du genre plutôt concilient, ou plutôt intransigeant ?

Il est rare de partager les mêmes valeurs éducatives, que cela soit avec des amis ou de la famille.Lorsque l'on décide de partir en vacances ensemble, il me semble important d'en discuter, et de voir comment arriver à une conciliation,  sans bien sûr être ni dans l'accusation ni le reproche.

 

Les questions intéressantes à se poser selon moi seraient:

Qu'est ce qui est vraiment le plus important pour moi?

Que suis- je capable d'accepter, et où sont mes limites ?

Que suis-je capable de lâcher, si je suis de nature un peu rigide ?

Comment mettre plus de limites, si j'ai au contraire tendance à être un peu trop laxiste ?

Dans ma situation, j'ai donc décidé d'aller voir Manon à un moment neutre de la journée, et de lui expliquer qu'étant amenée à passer une semaine de vacances ensemble, j'apprécierai vraiment si elle pouvait aider un minimum pour les repas, et ne pas venir à table avec son gsm.

Il est important dans ce cas de parler en "je", et ne surtout pas attaquer la personne en face de vous, car en plus avec une ado, ce serait perdu d'avance.

Quand au petit Nathan, il est important lorsqu'un enfant exprime une émotion, que ce soit la colère, la peur, la tristesse, de la reconnaître.

Ex: je vois que tu es très en colère Nathan.

Vous verrez alors immédiatement l'enfant se calmer, car il aura été reconnu dans ce qu'il vit.

Par la suite, une fois qu'il sera calmé, il faudra discuter avec lui (selon l'âge évidemment) , essayer de comprendre quel était son besoin derrière sa colère. Lui expliquer qu'on ne peut pas toujours avoir ce que l'on veut. La frustration étant un des éléments importants de l'éducation pour ne pas faire de votre enfant roi, un adulte tyran.

Une fois que j'avais pu exprimer ce qui me dérangeait et que j'avais été entendue, Manon est devenue adorable, je lui ai proposé de l'emmener faire du shopping, elle aidait avec plaisir, arrivait souriante, et Nathan comprenait de mieux en mieux, avec juste un mot (ex: "pas aujourd'hui", "tu sais très bien pourquoi", ou même du non-verbal qu'il n'obtiendrait pas tout ce qu'il souhaite.

Nous repartirons donc sûrement ensemble avec plaisir l'année prochaine !

Carole Bloch

Carole Bloch -  Psychothérapeute, Coach, Coach parental

Carole Bloch

av des Aubepines 148 - 1180 Uccle
Articles publiés : 27