Je souhaite...

Conseils de psy

L’éjaculation précoce : les attitudes des partenaires face à ce trouble.

/ Par info psy.be / Sexualité

L’éjaculation précoce : les attitudes des partenaires face à ce trouble.

Suivant leurs approches à la sexualité, les attitudes des couples, des hommes et des femmes diffèrent quant au vécu de l'éjaculation précoce (en fréquence, premier trouble masculin).

Selon le type de couple
Dans les couples traditionnels qui ont comme motivation sexuelle la procréation et qui basent la réussite de leur couple sur la gestion saine des biens familiaux, l’éjaculation rapide (précoce ou prématurée), même si elle entraîne une insatisfaction, ne met pas la viabilité du couple en péril. Par contre, dans des couples modernes qui ont une motivation hédoniste de la sexualité, ce problème sera difficilement surmontable. D’ailleurs, ce sont ces derniers qui viennent consulter et cherchent une aide auprès des professionnels.


Selon l'approche sexuel de l’homme
L’homme égoïste sexuellement, fixé sur son propre plaisir, n’est pas intéressé par l’orgasme de la femme. Il éjacule vite, sans remords et essaie de prendre le plus de satisfaction possible en très peu de temps, sans tenir compte de sa partenaire. D’ailleurs, si celle-ci lui fait une remarque désobligeante quant à sa rapidité d’éjaculation, il fera tout pour la convaincre qu’il est un homme tout à fait normal.

Par contre, l’homme altruiste sexuellement (la majorité des hommes modernes) qui prend son pied indirectement, suivant le plaisir de la femme, vit très mal son problème. Il est déçu de ne pas avoir donné d’orgasme à sa compagne et ne savoure pas son propre plaisir qui est escamoté ; il a éjaculé, certes, mais en raison de la faible intensité de son orgasme, il n’a pas retiré la satisfaction sexuelle qu’imagine la femme. La réflexion que j’entends souvent « oh lui, il s’en fout, il a pris son pied », ne reflète pas la souffrance de l’homme. La détresse causée par son éjaculation prématurée affecte sa confiance en lui, sa virilité, son image, sa qualité de vie et aussi la relation avec sa partenaire. Ayant un sentiment de honte vis-à-vis d’elle, il évite progressivement les rapports sexuels ; ce qui n’améliore évidemment pas la situation. Beaucoup d’hommes ayant ce problème ont peur de former un nouveau couple. Leur grande peur est d’être abandonné par la femme à cause de ce problème sexuel.


Selon la "sexophilie" de la femme
Une patiente m’a dit un jour : « Oh ! Qu’elles ont de la chance ces femmes qui ont des maris éjaculateurs précoces. Le mien, ça ne lui suffit pas ses 20 minutes pour jouir, en plus il me demande plein de cochonneries. Heureuse femme de l’éjaculateur rapide, en une minute l’affaire est bouclée ! » Pourtant son mari m’a avoué ne jamais tenir plus de 4 ou 5 minutes. Comme quoi, le temps est une notion fort subjective. Pour les femmes sexophobes, ce qui compte c’est d’être rapidement dégagées du devoir conjugal. Elles attendent le jour béni où leur calvaire nommé ‘relation sexuelle’ se terminera pour de bon !

L’approche de la femme sexophile est différente. Elle veut connaître la félicité sexuelle. Dans les premiers temps de la vie de couple, elle est tolérante, voire compatissante. Puis, vient la période d’incompréhension, de doute. Elle se demande si son homme ne serait pas un égoïste qui ne pense qu’à son propre plaisir. Ensuite, vient la période de perte de self-estime et elle se demande : « Suis-je toujours désirable ? M’aime-t-il encore ? » Enfin, exacerbée par la frustration, les conflits conjugaux augmentent et elle risque de refuser tout contact physique.

En fait, pour la femme, se positionner de façon positive et constructive face à l’éjaculation rapide est compliqué. Quel comportement doit-elle adopter ? Si elle est patiente et compréhensive, son partenaire ne se met pas en cause ou se plaint de la passivité de sa compagne. Si elle est revendicatrice, elle met en péril le peu d’estime qu’il a de lui-même, de sa virilité ; il peut même perdre son érection. Il pense alors : “Si elle me rejette, c’est qu’elle ne m’aime plus.” Mais heureusement, beaucoup de femmes arrivent à trouver le juste milieu pour encourager leur homme à tenir plus longtemps. Sinon, elles le poussent à consulter un spécialiste.

Cependant, que la femme soit sexophile ou sexophobe, la chose qui la dérange le plus dans l’attitude de son homme est son irritation face à la rapidité de son éjaculation.

 

Quelques questions et commentaires des auditeurs pendant l'émission (envoyés par SMS)
- Pour pallier à ce problème, mon mari me donne souvent du plaisir en me caressant et, seulement après, il me pénètre.

 - Bonjour, mariée depuis 35 ans, mon mari a toujours eu une éjaculation précoce. Il n'y a jamais eu de préliminaires avant l'acte, sinon il lui arrive d'éjaculer même parfois avant pénétration. Donc, on a un petit truc pour que je jouisse aussi : je continue l'acte avec un vibro, cela me plaît et à lui aussi. Est-ce courant ?

 - Bonjour, je suis une femme mariée depuis plus de 20 ans et j'ai la chance d'arriver très vite à l'orgasme. Ce qui tombe bien, étant donné que mon mari éjacule très vite. Ca n'a jamais été un problème pour moi. Mais, ça l'est pour lui. C'est une vraie souffrance, car il voudrait pouvoir profiter du plaisir plus longtemps.

- Bonjour à tous. Je suis un homme et mon truc pour tenir longtemps avec ma copine c'est de changer de positions plusieurs fois durant les rapports.

- Ma compagne aime le sexe qui "bouge" et elle me demande d'y aller. Cela fait que je tiens au maximum 2 minutes. Elle m'en a voulu durant des années de ne pas la faire jouir. Elle vient de m'avouer qu'elle n'a en fait jamais joui de sa vie, ni avec moi ni avec un autre. Comment évoluer ?

- Merci pour vos explications. Je comprends maintenant pourquoi ma petite amie m'appelle "mon petit lapin".

 

Prochaines émissions d'Iv Psalti
VivaCité (RTBF) "La Vie du Bon Côté" avec Sylvie Honoré, de 14 à 15h30. Vous pouvez réécouter l'émission en podcast sur le site de la radio pendant un mois.

- Mardi 21 janvier 2013. Thème : Attentes des femmes de 40 et plus... des hommes.

- Mardi 26 février 2013. Thème : Anorgasmies féminines et masculines : le vécu de ce trouble   par les intéressés et par leurs partenaires.

- Mardi 26 mars 2013. Thème : Education sexuelle des jeunes. Comment réagir en tant que parents ?

Iv Psalti (www.ivpsalti.com) est Docteur en Sciences Biomédicales, Sexologue Clinicien, auteur belge, conférencier et formateur en sexologie. Il est enseignant à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et à l’Université Catholique de Louvain (UCL) pour le « Certificat Universitaire en Sexologie Clinique ». Il est co-créateur de la formation professionnelle en psycho-sexologie appliquée (FPSA) avec Yvon Dallaire, formation réservée aux intervenants en thérapies conjugale et sexuelle (www.formationsexologue.com).

 

info psy.be -  Psychologue, Psychologue clinicien(ne), Psychothérapeute, Coach, Sexologue, Praticien(ne) bien-être

info psy.be

Avenue Jupiter 7 - 1450 Chastre
Articles publiés : 479