Je souhaite...

Conseils de psy

Les grands artistes sont des hommes, pourquoi ?

/ Par info psy.be / Etre ado

Les grands artistes sont des hommes, pourquoi ?

Est-ce le fruit de siècles d’oppression masculine ? Est-ce parce que les malheureuses sont trop occupées à changer les couches de leur nombreuse progéniture ? Peut-être, mais cela n’explique pas tout. Est-ce alors le signe d’une plus grande intelligence de l’homme ? Je vous vois sourire d’ici, Messieurs, mais détrompez-vous, ce n’est pas le cas non plus!

Les études scientifiques les plus récentes sur l’attraction sexuelle nous ouvrent une piste intéressante. Si l’on accepte les lois darwiniennes de l’évolution selon lesquelles les espèces vivantes sont le produit d’une longue sélection naturelle qui a privilégié les individus présentant les meilleures caractéristiques contribuant à la survie de l’espèce, l’humain, tel qu’il a évolué au fil des millions d’années qui nous séparent de nos ancêtres des cavernes, présente une série de caractéristiques génétiques destinées à favoriser la survie, c’est-à-dire pour commencer l’accouplement. Dans cette visée de reproduction, les hommes et les femmes sont programmés pour avoir du désir pour certains individus du sexe opposé, avec lesquels il y a de bonnes chances qu’ils se reproduisent.

Parmi diverses caractéristiques évidentes, telles que la jeunesse et la force par exemple, il en est une qui nous intéresse ici : l’intelligence. C’est en effet une qualité qui doit augmenter les chances de survie d’un individu, en le dotant de la capacité de réagir à toute situation nouvelle, mais cette qualité est aussi utile à la femme qu’à l’homme et d’ailleurs tous les tests d’intelligence ainsi que les résultats scolaires le montrent : les femmes sont au moins aussi intelligentes que les hommes ! Alors pourquoi sont-elles moins souvent que les hommes à l’origine de productions artistiques remarquables?

La production artistique de manière générale est l’expression de la sensibilité, mais lorsqu’elle atteint certains sommets, elle est un signe évident d’intelligence, elle devient une façon d’augmenter les chances d’un individu d’être vu et donc choisi par un partenaire. Comme les femmes fournissent déjà une entité rare, un ovule par mois, et les moyens matériels pour faire aboutir la grossesse, on peut penser qu’elles sont là en position de force : pour être sélectionnées (que ce vocabulaire ne vous choque point, nous parlons en terme de biologie et de survie de l’espèce !) elles doivent simplement démontrer la réalité de leur pouvoir de reproduction par des signes de fécondité (notamment la jeunesse, ce qui explique l’attraction statistiquement plus forte des hommes vers les femmes jeunes).

En revanche, les hommes ont « une offre » qui n’est pas du tout rare (c’est de la bio, Messieurs, ne vous vexez point !) puisqu’ils produisent des spermatozoïdes de façon continue et abondante et cela les obligerait à multiplier les efforts pour se faire remarquer de la femme désirée. Ce comportement de séduction est courant dans la plupart des espèces animales.

Ne nous méprenons pas, nous parlons ici d’une programmation génétique sélectionnée au fil des siècles, qui nous replace dans notre qualité de mammifère, cela ne veut pas dire qu’elle soit toujours vraiment d’actualité et qu’il n’y ait pas de nos jours des facteurs culturels qui vont dans un sens différent, tel que le grand besoin des femmes de se parer pour séduire, nous en reparlerons.

En conclusion, l’intelligence est utile autant aux femmes qu’aux hommes pour l’adaptation à leur milieu et pour affronter les défis de la vie de tous les jours, mais les manifestations d’intelligence que l’on regroupe sous le terme de « culture », domaine où les hommes se signalent aux sommets d’avantage que les femmes, n’ont pas véritablement un rôle adaptatif, mais plutôt un rôle signalétique. Elles sont une manière d’attirer intelligemment l’attention, comme les plumes chatoyantes et les chants complexes des oiseaux mâles…

Les études les plus récentes sur les indicateurs d’intelligence dans la sélection sexuelle démontrent que les manifestations coûteuses, difficiles et publiques de l’intelligence sont 10 fois plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes, avec un pic manifeste durant les premières années de leur maturité sexuelle, période de formation de couples ! Les signes extérieurs d’intelligence qui composent la culture humaine ne seraient ainsi qu’une adaptation pour favoriser la survie de notre espèce !

Oui, chez les hommes comme chez les oiseaux, les mâles séduisent les femelles en chantant, en brillant, en créant et montrent ainsi aux autres mâles leur talent et leur intelligence, afin de garder les concurrents à distance pour augmenter leurs chances de reproduction avec la femelle convoitée, et c’est tout bénéfice pour la survie de notre espèce ainsi que pour le patrimoine culturel auxquels ils contribuent grandement !

Si cette réflexion vous intéresse, je vous invite à lire les 3 excellents livres de Lucy Vincent, Comment devient-on amoureux ? Petits arrangements avec l’amour, et tout récemment : Où est passé l’amour ? tous 3 aux éditions Odile Jacob. Elle est docteur en neurosciences, et a consacré une large partie de sa vie professionnelle à comprendre comment les mystères de l’amour sont en partie sous-tendus par l’action des hormones, des phéromones et des neurotransmetteurs, et elle nous aide à comprendre dans ces livres aussi charmants que savants, l’apparente folie qui s’empare de nos cerveaux quand nous tombons amoureux…

Marie Andersen

Portrait de psy.be

info psy.be

Avenue Jupiter 7 - 1450 Chastre
Articles publiés : 479