Je souhaite...

Conseils de psy

Gérer le deuil

/ Par Sally Das / Mal-être

Gérer le deuil

Il n'est jamais facile de gérer un deuil! Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise méthode et chaque personne réalise ce processus à son rythme. Cet article a pour but de vous donner de petits conseils pour gérer votre souffrance et essayer de l'atténuer au mieux.

Tout d'abord, il y a différentes étapes pour le deuil: cela passe par différentes phases que vous trouvez ci-dessous. Certaines phases sont surmontées plus difficilement que d'autres.

http://effets-papillon.com/wp-content/uploads/2020/03/Etapes-deuil.png

La relation avec l'être disparu peut également jouer sur notre processus de deuil: si vous étiez fusionnel, en dispute, lors de son décès, ...

Souvent, quand un individu perd un proche, il a tendance à l'idéaliser, ses défauts disparaissent au profit des qualités, on ne perçoit plus que "le bon" de la personne, alors que parfois, votre relation n'a été qu'une succession de souffrances et de disputes. Il est important de recentrer les choses, aucune personne n'est parfaitement bonne ou parfaitement mauvaise et ne la voir que positivement après son décès ne rend pas les choses plus facilement supportables. Il faut se souvenir des bons moments certes, mais aussi s'avouer qu'il n'y a pas eu que des bons non plus, en tirant un bilan mitigé et réaliste sur votre relation. L'idéaliser impliquerait une souffrance supplémentaire et une culpabilité pour certains événements passés.

Mettre des photos de la personne disparue partout autour de soi n'aide pas le processus. Souvent, la personne a besoin de voir l'être disparu et place des photos partout, dans chaque pièce, ou dans sa chambre, près de son lit, afin d'avoir le sentiment de l'avoir "près de soi". Cela est légitime et compréhensible mais aussi compliqué. Certes, vous avez besoin de voir cette personne et le seul moyen d'y arriver est d'utiliser les photos, néanmoins, à votre réveil ou quand vous allez entrer dans cette pièce, c'est la première image que vous allez voir et cela peut entraîner un sentiment de tristesse immédiat. Certes, vous y penserez, photo ou non, allez-vous me répondre, mais placer des photos dans une pièce neutre ou dans une boîte, un album, peut vous aider à commencer votre deuil et à mettre une distance avec votre souffrance.

L'idée de la boîte peut également vous apaiser: placer dans une jolie boîte, des photos, souvenirs, objets (bijoux,..) reçus par cette personne ou appartenant à cette personne peut vous aider: vous pourrez consulter cette boîte quand vous en ressentez le besoin, la remplir d'une lettre que vous voudriez lui écrire, d'une photo que vous voudriez partager. Cette boîte ne met pas fin à cette relation en la "réduisant à une boîte", cette boîte peut entretenir ce souvenir et vous permettre de commencer votre acceptation du deuil. Vous pourrez mettre à distance votre souffrance en la gérant, en ouvrant cette boîte quand vous en ressentez le besoin et non en tombant sur la photo vingt fois par jour en entrant dans une pièce.

Se rendre au cimetière peut être utile, seulement si cela vous fait du bien de vous recueillir. 

Chaque personne est différente et chaque personne va gérer son deuil à sa manière. Attention néanmoins au fait, qu'au fil du temps, la douleur soit s'atténuer. Certes, cela vous fera toujours souffrir même x années plus tard, mais vous devez avoir le sentiment que vous vous sentez un peu mieux par rapport à cet événement au fil du temps.

Si la douleur est toujours aussi vive après quelques années, on peut tomber dans le deuil pathologique, dans l'impossibilité de faire son deuil, ce qui peut conduire à un mal-être permanent et nécessiter un suivi psychologique.

Sally Das -  Psychologue, Psychologue clinicien(ne), Psychothérapeute, Coach, Coach parental, Coach scolaire, Centre de formation, Formateur/trice

Sally Das

Rue Enfer 42 - 7120 Estinnes au Val
Articles publiés : 41

Type : Psychologue , Psychologue clinicien(ne) , Psychothérapeute , Coach , Coach parental , Coach scolaire , Centre de formation , Formateur/trice
Spécialités : Art-thérapie , Communication non violente (CNV) , Conseil , Diagnostic , Guidance parentale , Prévention et traitement du Burn-out , Programmation neuro linguistique (PNL) , Psychologie positive , Psychosomatique relationnelle , Psychothérapie psychanalytique , Soutien , Soutien , Testing , Tests d'orientation , Thérapeute du couple , Thérapie brève , Thérapie brève systémique , Thérapie centrée sur la personne , Thérapie cognitivo-comportementale , Thérapie familale systémique , Thérapie familiale , Thérapie orientée solution , thérapie systémique
Problématiques : Addictions , Angoisse d'abandon , Angoisses , Anorexie , Anxiété , Assertivité , Boulimie , Burn-out , Confiance en soi , Cyberdépendance , Dépendance , Dépression , Deuil , Emotion , Estime de soi , Fatigue chronique , Harcèlement , Haut potentiel , Hypersensibilité , Jalousie pathologique , Manipulation mentale , Pervers narcissiques , Phobie , Prise de parole en public , Problèmes de couple , Problèmes d’éducation , Problèmes liés au travail , Problèmes scolaires , Problèmes sexuels , Stress , Stress post-traumatique , Tabagisme , Traumatismes , Troubles alimentaires , Troubles de l'adaptation socio-culturelle , Troubles de l'attachement , Troubles de l'identité , Troubles de l'identité sexuelle , Troubles de l’attention (TDAH) , Troubles du sommeil , Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
Publics : Adulte , Ado , Enfant , Couple , Famille , Groupe