Je souhaite...

Conseils de psy

Je me préfère !

/ Par Serena Emiliani / Moi et les autres

Je me préfère !

 

Parfois ça nous arrive d’observer que les autres sont avec nous agressifs, impolis, irrespectueux, égoïstes, injustes, ou par fois quelqu’un nous trahit ou nous rejette ou nous abandonne ou simplement nous adresse une critique.

Soudain un état d’âme douloureux s’installe dans notre cœur……comme un coup de poignard, un poids dans la poitrine qui peut durer même longtemps, on pourrait même le définir comme un état de manque.

Une amertume profonde, qui peut déclencher parfois une colère explosive, nous envahit, on en veut au monde entier, surtout à ceux qui vont bien et qui sont heureux.

On se refait le film de la scène des centaines…des milliers de fois, on cherche un coupable, on imagine un scenario de vengeance et ça rumine…ça rumine…ça rumine… le jour et la nuit …sans aucun soulagement.

Une sorte de fermentation sans fin…ou comme si on est pris dans un cycle d’essorage !

Mais pourquoi tout ça ?!

Ne serait-ce pas un peu excessif ? Oui, et peut-être qu’effectivement quand on arrive à sortir de là on reconnait d’avoir eu une réaction exagérée, mais… « ça été plus fort que moi !»

Ça c’est parce que quand les autres sont hostiles ou négatifs avec nous, quelque part, sans que on se rende compte on se sent dévalorisé.

Des pensées automatiques, plus rapides qu’une éclair, des liens cause-effet irrationnels et inconscients du style, « il a été comme ça parce que MOI…je ne suis pas digne de…je ne suis pas aimable…je ne vaux rien !» traversent notre esprit…et ben oui ! A la place d’être critique vis à vis du comportement de quelqu’un, on finit par douter de nous-même, notre doigt est pointé contre nous plutôt que contre lui !

La mauvaise image que nous créons de nous-même provoque alors une douleur insupportable qui nous rend agressif ou amères !

Et pourquoi tout ça ? !

Parce que certains parmi nous, inconsciemment, vivent dans une attente permanente de reconnaissance, confirmation, de la part des autres, de notre valeur, attente déçue quand le comportement envers nous est négatif…on perçoit notre valeur seulement via leur regard et leur comportement, c’est la seule porte d’entrée.

A l’origine une idée de nous-même parfois flue, parfois négative ou très négative, une incapacité à nous accorder de la valeur, à être fier de nous, à nous aimer, qui fait que on se met dans la position aléatoire et instable de dépendance à l’égard la reconnaissance du monde extérieur.

On voudrait que l’environnement fasse à notre place ce que l’on n’a pas appris à faire : se reconnaitre par soi-même comme quelqu’un de bien ! Et ce qui rend la situation encore plus instable c’est que l’autre ne le sait pas, il ne sait pas que on lui a confié les clés de l’estime de soi ! Est-ce une bonne idée ?

Et qu’est-ce l’on fait alors ?

Un travail sur soi, tout seul ou avec un coach, est conseillé, pour apprendre à se (ré)connaitre, à découvrir nos qualités intrinsèques - au-delà de l’échec ou de la réussite ou de ce que les autres font ou pensent de nous - et à les apprécier, pour développer un sentiment de fierté, jusqu’à un vrai sentiment d’amour envers nous-même.

Un nouveau regard donc sur nous-même lucide et centré dans le présent, et non plus basé sur l’idée que nous avons créée de nous-même pendant l’enfance, fausse et vétuste.

Il est vraiment temps de faire une « mise à jour » !

Et alors on peut observer que la relation à l’autre change, s’améliore, peut-être qu’au fond ils ne sont pas tous aussi méchants et hostiles que ça ? Ils n’arriveront plus à nous blesser ou déstabiliser parce que ils n’auront plus aucun pouvoir sur nous, car la clé de l’estime de soi sera finalement de nouveau dans nos propres mans.  N’est-ce pas une meilleure idée ?

Et puis, s’il y a quelqu’un qui est réellement impoli, irrespectueux, arrogant, parce qu’il ne partage pas avec nous les mêmes valeurs, on arrivera finalement à pointer le pouce vers nous et cette fois pour se dire tout simplement :

« Vu tout ça…après tout … je me préfère ! »